Les carabins entament un lobbying auprès des députés contre une sélection à l’entrée des études

Les carabins entament un lobbying auprès des députés contre une sélection à l’entrée des études

17.04.2013
  • 1366214173426265_IMG_103340_HR.jpg

Les associations d’étudiants en santé se mobilisent depuis plusieurs semaines contre le projet de loi d’orientation pour l’enseignement supérieur qui instaurerait, selon elle, une sélection à l’entrée des études de santé.

L’examen du texte, qui devait initialement démarrer le 13 mai à l’Assemblée nationale, a été repoussé au 22 mai. Les carabins ont donc cinq semaines devant eux pour convaincre les députés d’amender les articles 1 et 22 du projet, objets de leur courroux.

Cent demandes d’auditions

Très remontée, l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) a entamé son travail de lobbying mardi. Son président, Pierre Catoire, a successivement rencontré les députés Benoît Apparu (UMP), Arnaud Robinet (UMP), Guénhaël Huet (UMP) et Jean-Louis Touraine (PS). Le but : « sensibiliser les parlementaires et leur faire prendre conscience du risque qui pèse sur l’égalité des chances pour les étudiants de médecine avec un tel projet de loi », indique le chef de file des étudiants. Qui prévient : « le combat va s’intensifier ».

Une demande d’audition a été envoyée à une centaine de députés, (re)connus pour leur mobilisation et leur expertise sur les questions de santé. « D’autres rencontres sont prévues dans les semaines à venir », assure l’ANEMF.

Travail de sape

La Fédération des associations générales étudiantes (FAGE), pour qui la sélection à l’entrée de l’université va « à l’encontre de la démocratisation de l’enseignement supérieur », effectue pour sa part son petit travail de sape au niveau des groupes parlementaires de l’Assemblée. Mardi, les représentants de la FAGE ont rencontré les écologistes. Rendez-vous est aussi pris la semaine prochaine avec le groupe UMP. En amont, l’association s’est entretenue ce mercredi avec une pièce maîtresse de l’opposition : Valérie Pécresse, ancienne ministre de l’Enseignement supérieur.

 A.B.-I.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 8 Commentaires
 
18.04.2013 à 16h28

« Avant de faire tout commentaire je pense qu'il faut se poser une question digne d'un être humain intelligent qui a un cerveau fonctionnant normalement QUI EST DERRIERE TOUS TOUTES CES REFORMES ET QU Lire la suite

Répondre
 
18.04.2013 à 13h50

« Complètement d'accord avec vous : une sélection en début d'études est plus démocratique et génère moins de "pertes humaines" qu'en fin de première année... mais il faut un examen d'entrée loyal et e Lire la suite

Répondre
 
18.04.2013 à 11h33

« C'est vrai dans tous les métiers pour faire carrière hospitalière vaut mieux être fils "de" mais attention les meilleurs ne restent plus à l'hôpital avec un grand H. »

Répondre
 
18.04.2013 à 09h18

« On ne sait pas d'après l'article le contenu exact du projet. Cependant, pour moi, une chose est sûre : il faut sélectionner des candidats motivés par la médecine et l'exercice médical, tout simpleme Lire la suite

Répondre
 
ANNE B Presse/média 18.04.2013 à 14h31

« Un lien vers un autre article explicitant le contenu exact du projet avait "sauté". Il est désormais rétabli. Nos excuses pour cela. La rédaction. »

Répondre
 
18.04.2013 à 15h20

« Le numerus clausus est peut-être trop bas. Mais comment envisager de sélectionner des candidats "motivés" par la médecine?
En première ou 2ème année, c'est bien sûr trop tôt ! Mais si on attend plus Lire la suite

Répondre
 
17.04.2013 à 19h34

« De toute façon, ce n'est pas légal, au plan européen ! »

Répondre
 
17.04.2013 à 22h05

« Une sélection au début des études est certainement plus démocratique qu'à la fin des études où le copinage, le népotisme, sont présents et subis particulièrement en France.
Je peux citer nombre de f Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 16

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 11

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter