Infections cutanées à mycobactéries : une mésothérapeute condamnée à payer 270 000 euros

Infections cutanées à mycobactéries : une mésothérapeute condamnée à payer 270 000 euros

16.04.2013

« Ce n’est pas le procès de la mésothérapie » mais celui « de la mésothérapie sale », avait déclaré à l’issue de l’audience de février dernier l’avocat des six patients infectés entre 2006 et 2007 par une mycobactérie atypique et qui avaient décidé de porter plainte contre le médecin généraliste qui avait réalisé les séances de mésothérapie à visée esthétique.

Le tribunal de grande instance de Paris qui a rendu son jugement lundi a condamné la mésothérapeute à verser au total près de 137 000 euros de dommages et intérêts aux six plaignants, 5 femmes et un homme. Le tribunal a en outre condamné le médecin à verser près de 133 000 euros à l’assurance-maladie.

Mise en cause du fabricant

Le distributeur du matériel utilisé, mis en cause par le médecin du fait de l’absence de notice, a été condamné à garantir 30 % du montant des condamnations prononcées à l’égard de la généraliste.

Pour deux des patientes, le tribunal a condamné le médecin à verser des provisions, en attendant que leur état soit consolidé et leur préjudice définitivement établi. L’avocat des plaignants, Me Emmanuel Ludot, s’est réjoui que l’on « puisse fixer une ligne jaune pour éviter les dérives de la médecine esthétique ».

L’une des victimes, prénommée Catherine, âgée d’une cinquantaine d’années, avait expliqué en marge de l’audience qu’elle avait dû subir plusieurs opérations en raison d’abcès qui lui ont causé « 110 cicatrices affreuses ». Le tribunal lui a accordé une provision de 50 000 euros.

L’affaire avait été révélée en 2007 à la suite de la survenue d’une quinzaine de cas d’infections cutanées dont plusieurs avaient dû être traités chirurgicalement ce qui avait conduit le Dr Laurent Lantieri à sonner l’alarme. Les autorités avaient, à cette occasion, recommandé un rappel des règles d’hygiène en la matière notamment lors des formations.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
16.04.2013 à 23h53

« La mésothérapie n'a de "thérapie" que le nom. C'est une vraie rente pour certains de mes collègues, chez qui les patients ont un véritable "abonnement" pour venir se faire piquer plusieurs fois par Lire la suite

Répondre
 
16.04.2013 à 19h52

« C'est dangereux de faire croire à des gens moches qu'ils peuvent devenir beaux… Surtout s'il y a des complications »

Répondre
 
17.04.2013 à 08h46

« Il n'y a pas que l'esthétique ! Je viens de me faire faire de la mésothérapie pour une tendinite, après avoir essayé l'acupuncture , et frôlé l'ulcère gastrique avec les anti-inflammatoires (et j'ét Lire la suite

Répondre
 
17.04.2013 à 12h44

« Il n'y a pas que des moches qui veulent devenir plus "acceptables", mais aussi des accidents de la vie qui transforment les gens en "dracula"... »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'Ordre des médecins déménage : pas d'incidence sur les cotisations, assure son président

ordre

Le Conseil national de l'Ordre des médecins (CNOM) doit quitter en septembre prochain ses bureaux du prestigieux boulevard Haussmann pour... 1

Déserts médicaux : les administrateurs territoriaux réclament l'obligation d'installation

desert

Les administrateurs territoriaux (principal cadre d'emplois de hauts fonctionnaires territoriaux) ont présenté ce mardi leurs propositions... 2

Un virus pourrait être à l'origine de la vie sexuelle

virus

Et si le processus fusionnel entre un gamète femelle et un gamète mâle était de même nature que celle entre le virus Zika ou de la dengue... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter