L’alcool devient l’une des premières causes médicales d’hospitalisation

L’alcool devient l’une des premières causes médicales d’hospitalisation

25.03.2013
  • 1311765847235066_IMG_65484_HR.jpg

Les hospitalisations pour des troubles liés à l’alcool représentaient en 2011, 470 000 séjours, révèle une étude du Pr Michel Reynaud, chef du département de psychiatrie et d’addictologie à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif, et du Pr François Paille, présentée devant la Société française d’alcoologie. L’étude intitulée « Les diagnostics des troubles liés à l’alcool dans les hôpitaux français » a été réalisée à partir de la base de données PMSI-MCO-ATIH (Agence technique de l’information sur l’hospitalisation).

« Il s’agit de l’une des premières causes médicales d’hospitalisation médicale, c’est-à-dire n’incluant ni la chirurgie, ni l’obstétrique », précise le Pr Michel Reynaud. Ces hospitalisations sont 1,7 fois plus nombreuses que celles pour diabète, et 3 fois plus nombreuses que celles pour des pathologies vasculaires. À titre de comparaison, 1 019 000 séjours hospitaliers liés au cancer ont été recensés en 2011, selon l’Institut national du cancer (Inca).

Les troubles liés à la dépendance représentaient 60 % des 470 000 séjours liés à l’alcool, la dépendance étant le motif d’hospitalisation dans 36 % des cas et les complications de la dépendance dans 64 % des cas. L’alcoolisme n’est cité comme motif d’hospitalisation que dans un cas sur trois. La durée du séjour peut atteindre plus d’une semaine. Ces hospitalisations liées à la dépendance ont augmenté de 30 % en trois ans et sont aussi nombreuses que celles liées au diabète.

Appel à une mobilisation collective

Les intoxications aiguës comme les comas éthyliques ont provoqué 181 000 hospitalisations en 2011, soit 40 % des séjours liés à l’alcool. La grande majorité de ces séjours durent moins de 2 jours, mais ils ont explosé en 3 ans, progressant de 80 %. Les jeunes et les femmes sont les plus concernés.

Les hospitalisations pour intoxication aiguë surviennent, selon l’étude, 6 ans avant les hospitalisations pour dépendance et 12 ans avant les hospitalisations avec complications et dépendance.

Le Pr Reynaud déplore le non-renouvellement par les pouvoirs publics du plan Addiction et préconise la présence d’alcoologues dans les services d’urgence pour proposer un suivi à des personnes hospitalisées pour un coma.

Le Pr Michel Lejoyeux, président de la Société française d’alcoologie, dénonce aussi l’absence de mobilisation collective autour de la dépendance à l’alcool. « Il n’existe aucune autre maladie grave qui soit aussi peu reconnue par la société ou par les patients », déclare-t-il.

* Étude réalisée avec la société HEVA et le support des Laboratoires Lundbeck

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
30.03.2013 à 21h08

« Il faudrait aussi que les médecins généralistes aient une formation en alcoologie ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter