Les résistances aux traitements anti-VIH diminuent

Les résistances aux traitements anti-VIH diminuent

06.03.2013

Depuis 2004, le taux des résistances aux antirétroviraux diminue chez les patients traités pour une infection par le VIH. Cette bonne nouvelle est à attribuer à la généralisation de la mise sous traitement par les trithérapies selon les auteurs.

Les résultats de l’étude « Multivir », menée par Dominique Costagliola, L. Asoumou et coll.*, attestent d’une réduction de l’apparition des résistances aux médicaments contre le VIH entre 2004 et 2009. Cette étude est réalisée dans le cadre du programme de surveillance des résistances qui existe en France.

15 % des patients en échec thérapeutique

Actuellement, les patients ont un génotypage du VIH avant la mise sous traitement pour dépister les résistances. Et pour éviter qu’elles n’apparaissent, les associations de médicaments sont modifiées si la charge virale ne passe pas rapidement en dessous du seuil des 50 copies/mL. On dépiste aussi évidemment les résistances chez les patients en échec thérapeutique.

Il est possible d’identifier les mutations qui rendent le VIH résistant aux molécules de trois classes thérapeutiques (inhibiteurs de la réverse transcriptase nucléosidiques et non nucléosidiques et inhibiteurs de protéase), en séquençant les gènes viraux codant pour la protéase et pour la réverse transcriptase.

C’est ce qui a été réalisé chez 506 malades en échec thérapeutique, c’est-à-dire dont la charge virale reste supérieure à 50 copies/mL sous antirétroviraux. « En France, 15 % des patients traités sont concernés par cette situation », indique Dominique Costagliola.

On constate que 59 % des échantillons testés présentaient une résistance à au moins un médicament. « Le chiffre reste élevé, mais il traduit néanmoins une baisse par rapport à 2004 : à cette date, 85 % des personnes présentant une charge virale de plus de 1 000 copies/ml étaient résistantes à au moins un antiviral, contre 67 % aujourd’hui. »

0,9 % de résistance aux trois classes

Pour les auteurs, cette amélioration tient à la généralisation des trithérapies à la place d’une mono ou d’une bithérapie. L’étude montre aussi qu’il n’y a que 0,9 % des patients qui présentent une résistance à tous les médicaments des trois classes testées. « En France et dans les pays développés il y a aujourd’hui peu de difficultés à trouver un traitement efficace pour presque tous les patients. »

J Antimicrob Chemother, 12 février 2013.

* Inserm U 943, hôpital de la Salpêtrière, avec le groupe « résistance » de l’ANRS

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Un maire cabotin prêt à ériger une statue à celui qui trouvera un médecin à sa commune

sculpteur

Maire d'Avignonet-Lauragais (Haute-Garonne), Jean-François Pagès cherche désespérément un successeur au généraliste de sa commune de 1 500... 12

BCG, méningocoque, HPV... les recommandations du calendrier vaccinal 2017

calendrier

Le calendrier des vaccinations 2017 vient d'être rendu public ce jour par le ministère chargé de la Santé après avis du Haut Conseil de la... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter