Anti-Sophia, des médecins perdent leur sang-froid

02.03.2013

  • sophia

Des médecins opposés au dispositif Sophia de prise en charge des patients diabétiques diffusent sur les réseaux sociaux une affichette à apposer dans leur cabinet. Ils y expriment leurs critiques sur ce service à leurs yeux « sans intérêt ».

L’assurance-maladie s’est félicitée de l’adhésion de 226 000 patients diabétiques au programme Sophia. Elle entend le généraliser à l’ensemble du territoire français pour séduire les 1,8 million de patients potentiellement éligibles au dispositif.

Lubie technocratique

Les partisans de cette affiche sont bien décidés à ne pas aider la CNAM à remplir cet objectif. « Sophia consiste à vous téléphoner pour vous inciter à bien suivre votre traitement, à vous faire parvenir des brochures et à vous donner accès à un site Internet, attaque le document. Tout cela fait double emploi avec les conversations que nous avons ensemble. »

affiche_1_vig.png

L’affiche évoque « le gaspillage de temps et d’argent ». « Je ne souhaite pas m’associer à cette nouvelle lubie technocratique, conclut le document. Vous êtes bien sûr libre d’adhérer à ce programme, mais dans ce cas, sachez que je n’y participerai pas et qu’il vous faudra trouver un nouveau médecin pour le suivi de votre diabète. »

Une affiche, des questions

Cette mise en garde n’est pas passée inaperçue. Sur les réseaux sociaux, elle a heurté certains patients mais aussi des médecins qui s’interrogent sur d’éventuelles poursuites dont ils pourraient être passibles. « Ne risque-t-on pas des sanctions ou d’être accusés d’empêcher les soins ? », s’interroge un praticien sur la page Facebook des médecins pigeons.

Contacté par « le Quotidien », l’Ordre a décortiqué l’affichette. « Un médecin a le droit de dire ce qu’il pense de Sophia et d’émettre une opinion contraire à l’assurance-maladie, explique le Dr André Deseur, porte-parole du CNOM. Il peut refuser de participer au programme et de remplir les papiers du patient. Mais la dernière phrase de l’affiche est critiquable au regard de la déontologie. Elle pourrait être considérée comme discriminatoire et faire l’objet de poursuite de la part d’un patient ou d’une association auprès du conseil départemental de l’Ordre, ce qui ne préjuge en rien de la décision de l’instance disciplinaire. »

Des patients surpris

Le Dr Dominique Dupagne, auteur de cette affiche, se veut rassurant. « Tout médecin est libre de refuser un patient sans avoir à se justifier, du moment qu'il assure la continuité des soins » se défend le généraliste qui fait référence à l'article R.4127-47 du code de santé publique (voir encadré). Le Dr Dupagne ajoute qu'il tient à la disposition de ses patients une liste de confrères à même de les prendre en charge.

dupagne_anti_sophia.png

Comment réagissent ses patients en voyant cette affiche anti-Sophia placardée dans son cabinet et qui les invite à se « trouver un autre médecin traitant » ? « Ils sont un peu surpris par son côté agressif, avoue le médecin, mais cela permet de lancer la conversation avec eux sur le sujet. » Au final, aucun d'entre-eux n'a déserté son cabinet pour cette raison… Au contraire, affirme le Dr Dupagne, certains lui confient qu'ils ne voient pas d'intérêt dans le programme Sophia. Le généraliste s'est par ailleurs longuement expliqué sur son opposition à ce dispositif à travers un billet publié sur le site atoute.org, qu'il anime. 

Il a toutefois rédigé une seconde affiche « plus cool », pour ses confrères : les patients adhérents à Sophia sont invités - non plus à trouver un nouveau médecin traitant - mais un médecin pour le suivi de leur diabète. « Pour faire plaisir aux âmes sensibles », commente le Dr Dupagne, convaincu que les patients peuvent comprendre sa démarche.

Devoir envers les patients : ce que dit la loi

Dans son article L1110-3 , le code de la santé publique stipule qu’« aucune personne ne peut faire l’objet de discriminations dans l’accès à la prévention ou aux soins ».
« Un professionnel de santé ne peut refuser de soigner une personne [...] au motif qu’elle est bénéficiaire de la protection complémentaire ou du droit à l’AME .
Toute personne qui s’estime victime d’un refus de soins illégitime peut saisir le directeur de l’organisme local d’assurance-maladie ou le président du conseil territorialement compétent de l’ordre professionnel concerné des faits qui permettent d’en présumer l’existence. Cette saisine vaut dépôt de plainte. Elle est communiquée à l’autorité qui n’en a pas été destinataire. Le récipiendaire en accuse réception à l’auteur, en informe le professionnel de santé mis en cause et peut le convoquer dans un délai d’un mois à compter de la date d’enregistrement de la plainte. »

Le code de la santé publique précise également (article  R.4127-47, article 47 du code de déontologie médicale) qu'un « médecin a le droit de refuser ses soins pour des raisons professionnelles ou personnelles. »
« Quelles que soient les circonstances, la continuité des soins aux malades doit être assurée. Hors le cas d’urgence et celui où il manquerait à ses devoirs d’humanité, un médecin a le droit de refuser ses soins pour des raisons professionnelles ou personnelles. S'il se dégage de sa mission, il doit alors en avertir le patient et transmettre au médecin désigné par celui-ci les informations utiles à la poursuite des soins. »
> Ch. G. et S. L.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 24 Commentaires
 
22.03.2013 à 07h14

« Vous parlez de "perte de sang-froid" là où il s'agit surtout d'irritation face à des comportements malhonnêtes de la part de la CNAMTS. Je vous suggère pour équilibrer l'information de rendre compte Lire la suite

Répondre
 
04.03.2013 à 20h52

« S.O.P.H.I.A. : SERVICE ONEREUX POUR HYPERGLYCEMIQUES INUTILEMENT ANGOISSES. »

Répondre
 
05.03.2013 à 08h07

« Mais, avec le temps, le citoyen est devenu plus malin que le technocrate. Tous mes patients ont compris tout seuls que ce machin est inutile et ruineux. Je suis bien obligé de les suivre dans cette Lire la suite

Répondre
 
04.03.2013 à 20h41

« Comme le disait une célèbre paillarde du bon vieux temps :
Sophia toi que j'aimais tant, j't'emm.. , j't'emm..
Sophia toi que j'aimais tant, j't'emm.. à présent... »

Répondre
 
04.03.2013 à 09h45

« Cela pose le problème classique en France du "Qui fait quoi ?" La multiplication des petits pain n'est pas nuisible mais ne veut-on pas trop bien faire ? »

Répondre
 
03.03.2013 à 15h13

« Un bon diabéto, c'est moins cher pour la sécu: 23€ la consultation, de 1h00, si besoin, et sans doute plus complet comme prise en charge? le parcours de soin et SOPHIA c'est la mort de la diabéto Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les médecins spécialistes de l’UMESPE menacent de dénoncer le contrat d’accès aux soins jugé « insuffisant »

L’Union nationale des médecins spécialistes confédérés (UMESPE-CSMF) s’insurge des résultats de l’enquête présentée jeudi 21 mai par... 4

Le Pr Bernard Debré (UMP) veut supprimer 10 à 15 % d’hôpitaux en France

Le Pr Bernard Debré, député UMP de Paris, s’est déclaré favorable à la réforme du temps de travail à l’hôpital. « Bien entendu, il faut... 9

Hôpital : les GHT, opportunités et pièges pour les médecins DIM Abonné

La loi de santé de Marisol Touraine refonde le rôle du département d’information médicale (DIM) et de son médecin responsable, une... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

loisirs

Festival, Voyage, Restaurant... Retrouvez tous les choix de la rédaction

Consulter