Baisse des tarifs hospitaliers plus forte dans le public que dans le privé

Baisse des tarifs hospitaliers plus forte dans le public que dans le privé

28.02.2013
  • 1362070165414070_IMG_100129_HR.jpg

L’évolution des tarifs hospitaliers qui s’appliqueront durant l’exercice 2013 ont été publiés au « Journal Officiel » ce 28 février, à la veille de leur entrée en vigueur.

Conformément aux indications fournies par la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) ces dernières semaines, les hôpitaux publics et privés à but non lucratif vont enregistrer une baisse tarifaire plus marquée que les cliniques privées. Mais l’écart est au final moins significatif que prévu : les tarifs hospitaliers publics diminueront de 0,84 % (et non de 1,7 %), et les tarifs privés, de 0,21 % (et non de 0,5 %).

Les tarifs qu’encaisseront les hôpitaux et les cliniques à compter de demain seront en réalité plus faibles que cela. À la baisse annoncée, s’en ajoute une seconde, de 0,3 %. L’application de ce « coefficient prudentiel minorateur » vise à contenir les dépenses, explique la DGOS. Les établissements de santé récupéreront les ressources ainsi mises en réserve en fin d’année, à condition que l’ONDAM soit respecté.

Volumes en hausse

Les tarifs publics et privés diminuent car l’activité hospitalière a progressé au-delà des prévisions établies l’an passé, expose la DGOS pour justifier son arbitrage. Pour tordre le cou aux critiques, la direction du ministère de la Santé rappelle que l’ONDAM hospitalier progresse en 2013 de 2,6% « malgré les contraintes exceptionnelles qui pèsent sur les finances publiques ». Traduction : le secteur hospitalier échappe à la politique de rigueur. « Les ressources des établissements de santé, publics, privés et privés d’intérêt collectif (ESPIC), progresseront par rapport à l’année 2012 de 1,9 milliard d’euros supplémentaires pour la prise en charge des patients », ajoute la DGOS.

L’enveloppe MIGAC qui finance les missions d’intérêt général et les aides à la contractualisation progresse pour sa part de 2,31 %, soit 191 millions d’euros supplémentaires. Le gouvernement indique avoir mis de côté 350 millions d’euros de côté pour financer certains investissements hospitaliers.

D. CH.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 17

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 12

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter