Inégalités de santé : l’ARS francilienne mise sur l’aménagement du territoire

Inégalités de santé : l’ARS francilienne mise sur l’aménagement du territoire

27.02.2013
  • 1361986636413837_IMG_100057_HR.jpg

L’Agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France a organisé ce mercredi le troisième forum de démocratie sanitaire, à Paris, afin de dégager des propositions concrètes d’amélioration de la santé des Franciliens.

« La journée d’aujourd’hui est consacrée aux enjeux de la santé et de l’aménagement du territoire, avec une question liminaire : comment agir ensemble ? », a annoncé Claude Evin, directeur de l’agence, en préambule.

Regroupant 12 millions d’habitants sur un territoire géographique restreint (dont une moitié rurale, concentrée sur la Seine-et-Marne), l’Ile-de-France connaît de fortes disparités en matière d’accès aux soins. « Un adulte sur six renonce à se faire soigner dans certaines communes », a rappelé Jean-Paul Huchon, président du Conseil régional. « 50 territoires sont considérés comme des zones menacées » de désertification médicale, a-t-il ajouté. Un chiffre « choquant » pour l’élu.

Double peine

Directeur de recherche à l’Inserm (1), Pierre Chauvin estime que la perte de chance en matière d’accès aux soins ne se limite pas à l’absence de professionnels de santé dans les territoires. « L’insertion et la mixité sociale déterminent aussi les inégalités de santé », analyse-t-il.

Une étude menée par l’institut depuis 2005 auprès de 3 000 ménages sur le recours au frottis cervico-utérin (FCU) démontre que les femmes d’origine étrangère et les étudiantes, toutes choses égales par ailleurs, ont deux fois plus de risque de ne pas suivre les recommandations officielles (un examen tous les deux ans).

Si l’on ajoute la faible densité de médecins généralistes et de gynécologues, « c’est la double peine pour ces populations », estime le chercheur.

Murs anti-bruits

Les débats ont aussi porté sur les carences en santé environnementale au niveau régional, alors que l’Ile-de-France possède la plus forte densité de population et de transports du pays.

« Le bruit est la première source de stress des Franciliens, a précisé Laure Lechatellier, vice-présidente du Conseil régional. Il faut repenser la ville en terme de murs anti-bruits, de couverture du périphérique et d’isolation phonique des bâtiments ». Associé à la nuisance sonore, le temps de transport et de mobilité, trois fois supérieur à celui des autres régions, est l’autre particularité de l’Ile-de-France. « La région doit aussi se pencher sur cette problématique », a conclu l’élue.

(1) Institut national de la santé et de la recherche médicale

 A.B.-I.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter