Accès aux soins : une sénatrice verte dépose une PPL en faveur des plus démunis

Accès aux soins : une sénatrice verte dépose une PPL en faveur des plus démunis

21.02.2013
  • 1361459040412316_IMG_99695_HR.jpg

Mettre un terme au parcours du combattant des plus démunis, tel est l’objectif d’Aline Archimbaud, sénatrice écologiste de Seine-Saint-Denis. Le 28 mars sera débattue dans la niche parlementaire du groupe écologiste sa proposition de loi (PPL) qui pourrait provoquer quelques remous dans le corps médical.

Au programme : des testings pour repérer les refus de soins à l’égard de patients bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) et des tarifs opposables garantis pour toute personne dont les ressources sont égales ou inférieures au SMIC.

Un cahier des charges des testings

L’article 1 redéfinit la notion de refus de soins en l’assimilant à un délai de rendez-vous excessif (par rapport aux délais moyens accordés aux autres patients du cabinet) et à l’« oubli » des spécialistes ou de l’hôpital de transmettre les comptes rendus au généraliste à l’origine de la consultation.

Il prévoit aussi d’établir un cahier des charges pour organiser des testings, sur la base d’une consultation avec les représentants de patients et de médecins - afin d’éviter le tollé provoqué par Roselyne Bachelot, qui a introduit dans la loi Hôpital, patients, santé et territoires des testings supprimés par Matignon. « Si le testing est bien cadré, les médecins n’ont rien à craindre », assure Aline Archimbaud.

Les associations (agréées) pourront en outre accompagner ou épauler un patient victime d’un refus injustifié dans le cadre d’une procédure de conciliation ou d’une action en justice.

Mieux informer

La rapporteure Aline Archimbaud propose ensuite plusieurs dispositions pour simplifier le parcours administratif des bénéficiaires des CMU, CMU-complémentaire, aide pour l’acquisition d’une assurance complémentaire santé (ACS) et aide médicale d’État (AME). La PPL rétablit le « principe déclaratif » qui permet d’ouvrir des droits dès le dépôt de la demande - avec remboursement des sommes versées si l’inéligibilité du demandeur est ensuite découverte. « Il était dans la loi il y a 14 ans quand la CMU a été créée : des circulaires l’ont supprimé en douce, alors que l’instruction d’un dossier dure 2,5 mois », explique la sénatrice.

La PPL instaure des obligations d’information : alerte des bénéficiaires de la CMU et CMU-C deux mois avant l’expiration de leurs droits, rappel de la nécessité de déclarer un médecin traitant lors de changement de caisse d’assurance-maladie de la part des régimes d’assurance, renseignements clairs sur les conditions d’éligibilité aux dispositifs et les démarches administratives.

Tarifs opposables pour tous les smicards

L’article 8 vise enfin à étendre le dispositif de l’avenant conventionnel 8 : l’ensemble des personnes dont les ressources annuelles sont égales ou inférieures au SMIC pourraient bénéficier des tarifs opposables dès lors qu’elles respectent le parcours de soins, même si le médecin est en secteur 2.

« C’est une mesure d’égalité sociale, pour lutter contre les effets de seuil » commente Aline Archimbaud. « Nous avons déjà auditionné 5 syndicats*. Nous les entendrons à nouveau. Nous voulons que cette loi suscite un débat sur l’accès aux soins » conclut la sénatrice.

*MG France, FMF, CSMF, SML et le collectif des médecins généralistes pour l’accès aux soins.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
23.02.2013 à 16h01

« A chaque jour suffit sa peine !
Cette expression prend tout son sens pour la profession médicale. Pas un jour depuis des semaines sans qu’une invective, une insulte, des propos méprisants, soit util Lire la suite

Répondre
 
22.02.2013 à 12h22

« Il faut aussi des testings pour repérer le nomadisme médical des personnes bénéficiant de la CMU ainsi que la possibilité de signaler le non respect répétés des rendez-vous et les exigences inhabitu Lire la suite

Répondre
 
21.02.2013 à 20h12

« Quels sont ses revenus ? 14.000 € /mois imposable sur la moitié et elle habite peut être un logement HLM octroyé par la Ville de Paris ! Combien de temps pour avoir un rendez vous chez elle et ne ri Lire la suite

Répondre
 
21.02.2013 à 19h15

« Voilà comment augmenter les déserts médicaux et faire fuir les derniers libéraux installés dans le 93. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes-1

Le comité des internes de Reims Champagne-Ardenne (CIRC) et le CHU de Reims organisent depuis deux ans une journée pour accueillir les... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter