Maladie coronarienne et antécédent d’AVC : cocktail explosif

Maladie coronarienne et antécédent d’AVC : cocktail explosif

15.02.2013
  • 1360941626410809_IMG_99266_HR.jpg

Des Français, en collaboration avec des équipes d’autres pays, montrent chez des patients coronariens que, en cas d’antécédent d’AVC (accident vasculaire cérébral) ou d’AIT (accident ischémique transitoire), il existe un risque plus élevé d’accidents cardio-vasculaires mais aussi d’AVC hémorragiques. La prise en charge de ces patients représente donc un défi.

Il faut rappeler :

– que les maladies cardio-vasculaires et cérébro-vasculaires représentent les deux premières causes de mortalité dans le monde ;

– qu’elles sont parfois associées et que cette association constitue un risque considérable ;

– que les médicaments antithrombotiques sont utilisés dans la maladie coronaire ;

– que plusieurs essais randomisés évaluant de nouveaux traitements antithrombotiques chez des patients coronariens ont mis en évidence qu’un antécédent d’AVC ou d’AIT constitue un indicateur d’augmentation du risque d’hémorragie intracrânienne.

Un suivi de quatre années

C’est dans ce cadre que se situe la nouvelle étude émanant du service de cardiologie de l’hôpital Bichat et de l’unité mixte INSERM 698 AP-HP, Université Paris-Diderot) en association avec plusieurs équipes internationales.

Ce nouveau travail a consisté à suivre pendant quatre années 26 389 patients coronariens issus du registre international de patients athérothrombotiques REACH ; l’objectif était de caractériser de façon très précise le risque ischémique et hémorragique associé à un antécédent d’AVC ou d’AIT chez les patients coronariens.

La difficulté de prise en charge

Premier résultat : 4 460 patients, soit 17 % de la cohorte, avaient un antécédent d’AVC ou d’AIT. Deuxième résultat : cet antécédent d’AVC ou d’AIT était associé à une augmentation de plus de 50 % du risque de décès, d’infarctus ou d’AVC, à savoir une augmentation non seulement du risque d’AVC ischémique mais aussi du risque d’AVC hémorragique. Troisième résultat : un traitement antiplaquettaire ou anticoagulant fortement dosé est associé à une augmentation particulièrement élevée du risque hémorragique.

On l’a compris : les conclusions de cette étude sont importantes : elles soulignent la difficulté de prise en charge de ce type de patients et « démontrent la nécessaire sélection du traitement antithrombotique. Des essais cliniques complémentaires sont en cours pour tester de nouvelles stratégies de traitement chez ces patients », explique le Pr Steg (service de cardiologie, hôpital Bichat).

Gregory Ducrocq, Pierre Amarenco, Julien Labreuche et coll. Circulation.

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
18.02.2013 à 03h42

« Alors on fait comment ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 8

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter