L’Académie de médecine alerte sur les « dérives marchandes » autour du handicap auditif

L’Académie de médecine alerte sur les « dérives marchandes » autour du handicap auditif

15.02.2013
  • 1360953127411007_IMG_99301_HR.jpg

« Les grandes chaînes d’audioprothèses et… d’optique ne cessent de faire diffuser sur les ondes radiophoniques et télévisuelles ou dans les pages géantes de grands quotidiens de la presse des spots publicitaires proposant une évaluation gratuite de l’audition », constate l’Académie nationale de médecine qui entend aujourd’hui alerter les pouvoirs publics sur « la dérive marchande du secteur de l’audioprothèse, (...) les dangers d’une privatisation de ce secteur paramédical, et (...) les risques majeurs de dé-médicalisation de la prise en charge de la surdité ».

6 millions de personnes

Tandis que la surdité affecte aujourd’hui en France près de 6 millions de personnes, le taux de pénétration de l’appareillage auditif de la population malentendante n’est que de 30 à 40 % sur notre territoire. Face à de telles perspectives de croissance, le secteur paramédical tend à développer des tests de dépistages gratuits mais non dénués d’une certaine pensée mercantile. « Il est plus qu’à craindre que la découverte d’un éventuel déficit se verra immédiatement accompagnée d’une proposition d’aides auditives » vendues sans ordonnances, à un prix « certes bien inférieur à celui d’une prothèse conventionnelle mais sans le service après qu’assure l’achat d’un appareillage testé, réglé et délivré par l’audioprothésiste », écrit le Pr Patrice Tran Ba Huy, membre de l’Académie, dans une communication adoptée mardi dernier en séance plénière. Il souligne surtout « le risque majeur de voir appareiller une pathologie relevant d’un traitement réellement étiologique sans qu’un bilan otologique ni un diagnostic précis n’aient été entrepris et posé par un médecin spécialiste au fait des avancées otologiques les plus récentes ».

Haro sur les nouvelles écoles d’audioprothèses

Par ailleurs, « dans la droite ligne de cette dérive marchande, des demandes de création d’écoles d’audioprothèses soutenues par de grandes enseignes d’audioprothèse ou institut d’optique sont actuellement soumises ou en voie de l’être aux tutelles universitaires ». Or, la création de ces établissements s’avère « nullement justifiée » dans la mesure où « la formation actuelle délivrée par les cinq écoles » reste « apparemment satisfaisante, quoique naturellement perfectible » et que « le nombre actuel de diplômés suffit à couvrir les besoins de la population », considère l’Académie qui recommande aux pouvoirs publics de ne pas autoriser l’ouverture de nouvelles écoles tout en instaurant un « numerus clausus » des diplômés en audioprothèses.

L’Académie nationale de médecine souhaite enfin que « soit rappelé à la population malentendante, qu’une surdité dépistée à l’occasion d’un test gratuit doit être confirmée par un bilan audiométrique effectué par un médecin spécialiste et que la prescription d’un appareillage auditif, quel qu’en soit le type, relève de ce dernier ».

DAVID BILHAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
16.02.2013 à 11h00

« Les ORL secteur 1 font partie des métiers sous payés, ne pas laisser cette connaissance partir dans le secteur marchand est une évidence. »

Répondre
 
15.02.2013 à 22h16

« Quand on voit ce que demande un spécialiste pour faire un audiogramme que n'importe quelle assistante d'infirmière est capable de réaliser, on comprend que ces enseignes ont un bel avenir. C'est tan Lire la suite

Répondre
 
16.02.2013 à 02h49

« Qui êtes-vous pour faire ce commentaire ? Un médecin ? Une infirmière ou un audioprothésiste peut dépister une surdité mais ne peut en faire le diagnostic étiologique. Une surdité de transmission te Lire la suite

Répondre
 
15.02.2013 à 23h52

« Interrogatoire du patient,examen otoscopique avec souvent nettoyage des CAE,audiométrie tonale et vocale,rédaction de la prescription et explications au patient. 32,88€+8,61€ cela est il trop cher ? Lire la suite

Répondre
 
15.02.2013 à 20h42

« Sans compter TOUT ce qui se passe comme "accord" de financement par les MDPH, dont les "coordonnateurs" NON médecins" et les CDAPH, incompétentes et qui baignent dans le social et plus du tout dans Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes-1

Le comité des internes de Reims Champagne-Ardenne (CIRC) et le CHU de Reims organisent depuis deux ans une journée pour accueillir les... Commenter

Fils de médecins, Macron défend la « révolution » de la santé  Abonné

MACRON

Plutôt qu'un « catalogue d'espoirs déçus », c'est une « vision, un récit, une volonté » que propose Emmanuel Macron dans son ouvrage «... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter