Don d’ovocytes à l’étranger : menacés de prison, les gynécologues se retournent vers les tutelles | Le Quotidien du Médecin

Don d’ovocytes à l’étranger : menacés de prison, les gynécologues se retournent vers les tutelles

12.02.2013
  • 1360682146409763_IMG_98987_HR.jpg

La circulaire de la direction générale de la santé (DGS), transmise via le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) en janvier aux gynécologues, n’en finit pas de faire des remous. Elle rappelle aux médecins qu’ils encourent 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende dès lors qu’ils transmettent à leur patiente une information sur une clinique ou un organisme étranger d’aide médicale à la procréation (AMP). Ces poursuites judiciaires peuvent s’appliquer même lorsqu’ils ne reçoivent pas d’argent de la part du centre étranger, ou que la patiente renonce à une telle démarche. Ils restent coupables d’entremise entre une femme et un centre qui ne respecte pas la législation française sur le don d’ovocyte (gratuité et anonymat).

« Je suis coupable »

Le Dr Jean Thévenot, président du Conseil de l’Ordre des médecins de Haute-Garonne et gynécologue-obstétricien dans une clinique toulousaine, clame sa culpabilité dans une lettre ouverte au CNOM et aux organismes représentatifs (CNGOF, SYNGOF, FNCGM...). « Je l’avoue publiquement. Je suis coupable. Régulièrement », écrit-il.

Et de raconter que face à des patientes confrontées à des mois d’attente pour des dons d’ovocytes, ou qui sollicitent des « AMP qui ne se pratiquent pas près de chez nous », il explique que différentes pratiques existent ailleurs. Les patientes se débrouillent pour trouver sur internet les adresses. « Je n’en ai jamais retiré aucun bénéfice, en tout cas financier. Le seul bénéfice que j’en ai retiré est la satisfaction de voir les visages heureux de mères ou de parents comblés (...) parce qu’à Barcelone, Madrid, Saint-Sébastien ou ailleurs, une équipe médicale européenne a violé la loi française en permettant à une Française hors la loi de vivre enfin une maternité tant attendue. »

Le Dr Thévenot compare la circulaire de la DGS aux menaces que recevaient les gynécologues qui pratiquaient des interruptions volontaires de grossesses alors qu’elles étaient encore interdites en France et s’alarme de ses conséquences sur les vocations de spécialistes.

Il demande au CNOM, aux syndicats et au collège de lancer une réflexion sur la pratique des gynécologues obstétriciens.

Inefficacité du système de dons

Le Dr Jean Thévenot a reçu le soutien de l’Union française pour une médecine libre (UFML). Les médecins pigeons demandent en outre le retrait de la circulaire, jugée « indigne et insultante ».

Sans aller jusque-là, le Syndicat national des gynécologues obstétriciens de France (SYNGOF) précise sa position sur les conditions du don d’ovocytes. Il rappelle, en se fondant sur un rapport de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS) de février 2011, qu’entre 1 500 et 6 000 couples ont un besoin médicalement justifié de dons de gamètes. 80 % d’entre eux s’orientent vers l’étranger, faute d’une prise en charge dans des délais raisonnables.

Le SYNGOF renvoie donc la balle dans le camp des pouvoirs publics et de la sécurité sociale, qu’il juge responsables de cette fuite en avant vers l’étranger, faute d’avoir réussi à organiser l’AMP en France. « Ils ont même participé à son organisation en proposant une aide financière de la sécurité sociale à cette prise en charge hors du territoire, sans critères particuliers sur le choix des centres étrangers », poursuit-il.

Le SYNGOF demande la refonte du système efficace d’AMP en France, avec de nouvelles techniques, comme la vitrification ovocytaire, et une ouverture plus large aux centres privés, parallèlement aux CECOS.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
14.02.2013 à 17h16

« Cette circulaire est effectivement indigne, en plus d'être incompréhensible. »

Répondre
 
13.02.2013 à 00h11

« Merci au Dr Thevenot. La circulaire de la DSG est irresponsable. »

Répondre
 
12.02.2013 à 22h05

« Arrêtez de montrer les médecins du doigt pour la pilule, la PMA etc. etc. Le gouvernement comme le précédent voit la paille dans l'œil des ophtalmos et ne voit pas la poutre de ses dépenses inutiles Lire la suite

Répondre
 
12.02.2013 à 21h23

PMA :menaces ministérielles contre les gynecos par ucdf

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
10 % des services d’urgences menacés, la polémique rebondit sur une éventuelle restructuration-1

10 % des services d’urgences menacés, la polémique rebondit sur une éventuelle restructuration

Au moins « 67 services d’urgences [sur 650] connaissent une affluence inférieure au seuil de référence des 10 000 personnes par an, soit 1,1 patient par heure », annonce ce lundi « le Figaro » qui a agrégé des chiffres issus de... 3

ESC 2015 : un nouvel algorithme pour confirmer l’infarctus en une heure

Devant une douleur thoracique avec suspicion d’infarctus, chaque minute compte. Selon les résultats l’étude BACC (Biomarkers in Acute... Commenter

Pataquès sur la réforme du troisième cycle, le gouvernement se donne du temps

Comment les médecins de demain seront-ils formés ? Quels diplômes suivront-ils et quelle sera la durée de leur internat, spécialité par... 1

Grève, appel aux patients : à La Rochelle, les médecins font des vagues contre la loi de santé

Réunis ce vendredi à l’ouverture de l’université d’été du PS à La Rochelle, les leaders du SML, de la FMF et du BLOC, trois syndicats... 34

Moustique tigre : première opération de démoustication à Créteil

Moustique tigre : première opération de démoustication à Créteil-1

La chasse au moustique tigre – vecteur des virus de la dengue et du chikungunya – se poursuit en Ile-de-France. Une première opération de... 4

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

loisirs

Festival, Voyage, Restaurant... Retrouvez tous les choix de la rédaction

Consulter