Des gènes liés à la rechute trouvés dans la LAL de l’enfant | Le Quotidien du Médecin

Des gènes liés à la rechute trouvés dans la LAL de l’enfant

05.02.2013
  • 1359998554407593_IMG_98376_HR.jpg

Des mutations liées à une récidive après traitement d’une leucémie aiguë lymphoblastique de l’enfant ont été mises au jour par une équipe de chercheurs New Yorkais. William Carroll et coll. (Children’s Oncology Group, Université de New York), se sont livrés à une traque méthodique dans le génome d’enfants souffrant de leucémie aiguë lymphoblastique (LAL), à la recherche d’éléments pouvant aider à améliorer le pronostic. La LAL est maintenant curable à 80 %, mais le pronostic reste extrêmement péjoratif pour 20 % des enfants.

Le groupe de chercheurs a analysé l’intégralité du transcriptome (les ARN) de 10 enfants souffrant d’une forme B de LAL (la plus fréquente). Les ARN ont été extraits de la moelle osseuse hématopoïétique à trois moments : lors du diagnostic, au cours d’une rémission, et au cours d’une rechute.

Ils observent pour chaque patient l’acquisition de mutations, entre une et six, qui modifient le code génétique au cours de la maladie. L’étude révèle 20 mutations spécifiques de rechute, qui n’avaient pas encore été impliquées dans les récidives de LAL.

Des cellules cancéreuses résistantes

« De manière surprenante, deux patients présentent une mutation portée par le même gène, NT5C2, qui code une protéine constructrice de l’ADN (mise en relation de blocs d’ADN). » Mais cette mutation par ailleurs dégrade la classe thérapeutique des analogues de purines, importante dans le traitement de la LAL.

Des mutations de NT5C2 ont ensuite été recherchées parmi 61 enfants en rechute après un traitement pour LAL, et trouvées chez 5 d’entre eux.

Ces mutations sont à l’origine de l’augmentation d’une activité enzymatique qui rend les cellules cancéreuses résistantes aux traitements destinés à provoquer leur lyse. « Les 7 patients porteurs de mutations sur NT5C2 ont tous présenté une rechute dans les 3 ans qui ont suivi le diagnostic initial. »

Les auteurs ont l’intention d’utiliser des techniques de séquençage sophistiquées pour passer au crible le génome de jeunes patients au cours du traitement et dépister d’autres éléments de résistance. On peut espérer aborder différemment les cellules devenues résistantes, ou inhiber directement l’enzyme mutante.

Nature Genetic, 3 février 2013.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Prépas privées en PACES : un reportage de TF1 suscite la colère des carabins

tf1

De nombreux étudiants et membres de l'association des étudiants en médecine de France (ANEMF) ont exprimé leur mécontentement sur Twitter... 1

Alopécie auto-immune : premier (petit) essai concluant avec les inhibiteurs de JAK

alopecie

L'effet des inhibiteurs de JAK sur la repousse des cheveux est décrit depuis quelques années. En testant le ruxolitinib dans un petit essai... Commenter

À Marseille, les cadres du SML célèbrent l'esprit libéral et applaudissent... Jérôme Marty !

sml

« Nous sommes le seul syndicat encore libéral ». C'est par ces mots que le Dr Éric Henry, président du Syndicat des médecins libéraux (SML),... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter