Des androgènes pour traiter la sclérose en plaques

31.01.2013
favoritePrint
  • 1359650517406642_IMG_98087_HR.jpg

Bientôt de la testostérone dans la sclérose en plaques (SEP) ? Pas si surprenant quand on connaît la composante hormonale de la maladie, puisque les femmes sont deux fois plus atteintes que les hommes et qu’elles se portent mieux pendant la grossesse.

Une étude en collaboration CNRS/Université de Strasbourg-Inserm/Université Paris-Sud vient de montrer chez des souris aux fibres nerveuses démyélinisées que la testostérone et une molécule analogue de synthèse stimulent la remyélinisation en induisant la régénération des oligodendrocytes, ces cellules responsables de la production de myéline. Ces récents résultats ouvrent plusieurs pistes thérapeutiques mais aussi diagnostiques dans les maladies démyélénisantes.

Testostérone et analogue

L’équipe dirigée par le DR Said Gandhour a d’abord généré un modèle murin de SEP, en ajoutant à la nourriture des rongeurs un médicament qui séquestre le cuivre, la cuprizone. Les souris ont alors présenté une démyélinisation chronique analogue à celle observée au cours de la phase progressive de la SEP.

Les chercheurs leur ont ensuite administré de la testostérone pendant 6 à 9 semaines. « Résultat : leurs fibres nerveuses ont été à nouveau myélinisées et leurs symptômes se sont remarquablement atténués ». L’équipe a observé les mêmes effets avec un analogue de synthèse de la testostérone, le 7-alpha-méthyl-19-nortestostérone (MENT).

Cibler le récepteur aux androgènes

Plusieurs séries d’expériences ont ensuite confirmé et précisé le rôle des androgènes. D’abord, l’équipe a montré que les hormones mâles entraînaient la transformation des cellules souches neurales en oligodendrocytes et favorisaient la synthèse de myéline par les oligodendrocytes. Ensuite, le rôle pivot du récepteur aux androgènes a été confirmé en mettant en évidence que la testostérone n’avait aucun effet sur la myélinisation chez des souris dont le récepteur était muté.

Le récepteur des androgènes pourrait être ainsi une cible intéressante pour traiter des maladies démyélénisantes. Il est envisageable également d’utiliser les taux sanguins de testostérone comme biomarqueurs de la progression de la maladie.

Brain, 1er janvier 2013. Volume 136(1):132-146.

 Dr I.D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« Mort programmée de la médecine libérale » : la CSMF demande à Valls de désavouer Brigitte Dormont

Le Premier ministre partage-t-il les propos de l’économiste Brigitte Dormont qui a prédit « la mort programmée de la médecine libérale »... 29

28 euros la téléconsultation et 14 euros la télé-expertise pour l’expérimentation sur les plaies chroniques

Le cahier des charges des expérimentations de télémédecine pour le suivi des plaies chroniques et complexes, prévues par la loi de... 1

Une équipe française révèle les interactions moléculaires du ribosome humain grâce à la cryo-microscopie

Une équipe de recherche de l’Institut de génétique de biologie moléculaire et cellulaire (IGBMC) de Strasbourg associée à l’INSERM et au... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

loisirs

Festival, Voyage, Restaurant... Retrouvez tous les choix de la rédaction

Consulter