Bouches-du-Rhône : les centres de santé mutualistes préservés

Bouches-du-Rhône : les centres de santé mutualistes préservés

18.01.2013
  • 1358519320403042_IMG_97222_HR.jpg

Le Grand conseil de la Mutualité (GCM) des Bouches-du-Rhône sort (un peu) la tête de l’eau.

Lors d’une table ronde organisée à la préfecture, la direction du premier réseau de soins privés à but non lucratif du département a confirmé que les onze centres médicaux de santé mais aussi les centres dentaires, optiques, les services d’hospitalisation à domicile (HAD) et de soins infirmiers à domicile (SSIAD) « seront préservés ». « Les réorganisations conduites au cours des derniers mois permettent de confirmer l’attente des objectifs du mouvement mutualiste », s’est félicitée la direction du GCM.

26 médecins généralistes licenciés

Victimes de ces « réorganisations », 26 médecins généralistes ont été licenciés au début du mois de décembre : ils ont refusé d’adhérer au nouveau plan d’équilibre budgétaire qui introduit une part de tarification à l’acte. Afin de garantir l’accès aux soins, le GCM a annoncé que « 13 nouveaux médecins généralistes ont d’ores et déjà été recrutés et ont pris leur poste ou le prendront dans les tout prochains jours ».

L’Agence régionale de santé (ARS) PACA affiche sa sérénité. « Nous n’avons pas constaté de signalement de défaillance en matière d’accès aux soins dans les centres de santé, tout semble indiquer un retour à la normale, indique-t-on à l’agence. Nous restons vigilants dans les zones en tension, aux abords de l’étang de Berre ou dans les quartiers nord de Marseille ».

Solde de tout compte

Les professionnels de santé licenciés ont réclamé par voie postale au Grand conseil de la Mutualité leur solde de tout compte - dont leurs indemnités de licenciement qu’ils n’auraient toujours pas touchées.

Malgré un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros, un million d’actes et 200 000 personnes accueillies par an, le GCM est en redressement judiciaire depuis novembre 2011, faute d’être parvenu à réduire son déficit, de 4,5 millions d’euros à l’époque. La presse locale estime qu’il s’établit fin 2012 à 900 000 euros.

Maintes fois reportée, la fin de la période d’observation du GCM est prévue pour le 9 mai, date à laquelle le Tribunal de grande instance (TGI) de Marseille devrait, enfin, avaliser le plan de redressement.

 ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
18.01.2013 à 21h45

« Je suis heureux d'apprendre qu'il y a des gens qui s'inquiètent d'éventuelles anomalies d'accès aux soins dans notre zone.

Ils ne m'ont pas honoré de leur visite. Il est vrai que pour que je les re Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Recrutement, passerelles, maquettes, outils numériques, carrièresAttractivité de l'exercice médical : les CHU à l'offensive Abonné

chu

À l'occasion des 15 e assises nationales hospitalo-universitaires qui s'ouvrent aujourd'hui à Toulouse, doyens, directeurs et présidents de... Commenter

Touraine veut-elle imposer un proche à la direction de Gustave-Roussy ?

Touraine veut-elle imposer un proche à la direction de Gustave-Roussy ?-1

Un membre du cabinet de la ministre de la santé Marisol Touraine est pressenti au poste de directeur général adjoint du prestigieux centre... Commenter

Innovation, recherche... accompagnement des patientsLe Galien 2016 fait peau neuve Abonné

mehl

Quatre nouvelles catégories sont récompensées cette année aux côtés des volets classiques médicamenteux et travaux de recherche. 2016,... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter