Commission paritaire nationale sur les sanctions : le SML décide de boycotter !

Commission paritaire nationale sur les sanctions : le SML décide de boycotter !

17.01.2013

C’est tranché. Le Syndicat des médecins libéraux (SML) désormais présidé par le Dr Roger Rua a décidé de boycotter la commission paritaire nationale (CPN) qui se tient ce jeudi après-midi, à la CNAM. L’ordre du jour est l’avis des syndicats médicaux sur les « principes de sélection » des praticiens qui seront sanctionnés pour des pratiques tarifaires excessives.

Ce mouvement d’humeur du SML résulte de la fermeté de l’assurance-maladie sur les sanctions, une posture jugée contraire à l’esprit de l’avenant 8, selon le SML qui a pourtant signé ce texte. « Aucun syndicat de médecins libéraux ne peut approuver un tel alourdissement de sanctions, juge cette organisation. Le SML a choisi de s’adresser à tous les confrères publiquement pour manifester sa colère et sa désapprobation. Par contre, non seulement il sera présent pour les négociations concernant les futurs avenants, mais il refusera de négocier sous la menace et dans des conditions qui s’apparentent plus à des gardes à vue qu’à un dialogue social serein. Finies les séances nocturnes sans limites ».

Le syndicat estime désormais qu’« un réel danger menace actuellement les spécialités libérales, stigmatisées pour leurs "dépassements", qui ne peuvent plus faire face aux investissements indispensables pour maintenir la qualité et la technicité de leurs actes dans le cadre strict des tarifs opposables ».

Ce durcissement du SML n’est pas une bonne nouvelle pour la CNAM qui compte notamment sur les syndicats signataires pour faire la pédagogie de l’avenant 8 et accompagner cet accord sur le terrain.

C’est tranché. Le Syndicat des médecins libéraux (SML) désormais présidé par le Dr Roger Rua a décidé de boycotter la commission paritaire nationale (CPN) qui se tient ce jeudi après-midi, à la CNAM. L’ordre du jour est l’avis des syndicats médicaux sur les « principes de sélection » des praticiens qui seront sanctionnés pour des pratiques tarifaires excessives.

Ce mouvement d’humeur du SML résulte de la fermeté de l’assurance-maladie sur les sanctions, une posture jugée contraire à l’esprit de l’avenant 8, selon le SML qui a pourtant signé ce texte. « Aucun syndicat de médecins libéraux ne peut approuver un tel alourdissement de sanctions, juge cette organisation. Le SML a choisi de s’adresser à tous les confrères publiquement pour manifester sa colère et sa désapprobation. Par contre, non seulement il sera présent pour les négociations concernant les futurs avenants, mais il refusera de négocier sous la menace et dans des conditions qui s’apparentent plus à des gardes à vue qu’à un dialogue social serein. Finies les séances nocturnes sans limites ».

Le syndicat estime désormais qu’« un réel danger menace actuellement les spécialités libérales, stigmatisées pour leurs "dépassements", qui ne peuvent plus faire face aux investissements indispensables pour maintenir la qualité et la technicité de leurs actes dans le cadre strict des tarifs opposables ».

Ce durcissement du SML n’est pas une bonne nouvelle pour la CNAM qui compte notamment sur les syndicats signataires pour faire la pédagogie de l’avenant 8 et accompagner cet accord sur le terrain.

 C. D.  C. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
18.01.2013 à 00h30

« Fallait pas signer. Surtout, effectivement, dans des conditions de "garde à vue". ...Et comment des syndicalistes chevronnés peuvent-ils être naïfs au point de croire que l'adversaire va respecter l Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La rémunération sur objectifs cherche son deuxième souffleROSP : 7 000 euros par généraliste en 2016

Abonné
ROSP

Très attendue, la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) est versée ces jours-ci à près de 91 000 médecins libéraux au titre... Commenter

Macron, l'homme qui rendra le tiers payant « généralisable » et investira 5 milliards dans la santé

macron

Dans notre sondage exclusif, les médecins libéraux avaient placé Emmanuel Macron dans le duo gagnant du premier tour, juste derrière... 2

Le Pen, la candidate qui ne promet « pas la lune » aux médecins et veut supprimer l'AME

le pen

Comme son père était parvenu à le faire en 2002, Marine Le Pen s'est qualifiée au second tour de l'élection présidentielle, où elle sera... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter