Offre de soins à Paris : Delanoë défend le bilan de sa municipalité

Offre de soins à Paris : Delanoë défend le bilan de sa municipalité

17.12.2012
  • 1355752797398232_IMG_95949_HR.jpg

Bertrand Delanoë organise des réunions publiques régulières pour rendre compte des actions de sa municipalité. La dernière en date, au lendemain du plan Touraine contre les déserts, était centrée sur l’offre de soins. À Paris, les médecins et les hôpitaux ne manquent pas, mais y accéder relève encore parfois du parcours du combattant.

Une centaine de Parisiens, répondant à l’invitation du maire, ont pris place dans le grand amphi de l’université Paris-Descartes. Sur l’estrade, Bertrand Delanoë, Anne Hidalgo, Jean-Marie Le Guen, et au premier rang les conseillers du maire, rappelés à l’ordre par ce dernier pour décrocher du portable et rester concentrés.

Médecins, usagers, responsables associatifs et syndicalistes se sont succédé au micro pour interpeller l’équipe municipale. Ici, un centre de santé aurait besoin d’un fauteuil dentaire supplémentaire. Là, la fermeture d’un centre de santé contraint les habitants à changer d’arrondissement. « Il y a des gens très pauvres dans le centre de Paris, on l’oublie souvent », rappelle cette femme. Une généraliste se plaint des dix appels quotidiens qu’elle reçoit de personnes à la recherche d’un médecin : « L’information pour les Parisiens est indigente. Il n’existe pas d’information pour trouver un cabinet près de son domicile. »

Invitée en qualité de grand témoin, Danièle Pozza, directrice de l’institut Alfred-Fournier (14e arrondissement), commence par souligner le soutien financier de la municipalité aux structures offrant des soins gratuits (PMI, centres médico-sociaux...). « 10 % des Parisiens sont au courant de ces dispositifs, regrette-t-elle. Alors que 15 % des Parisiens n’ont plus de mutuelle. » Puis d’admettre qu’à Paris, l’offre abonde, mais l’information circule mal. Parcours du combattant, jeu de l’oie : trouver la bonne porte n’est pas à la portée de chacun, en dépit d’Internet.

Alors que faire ? Décloisonner. Abattre « les murs » qui entourent la vénérable AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris). « La mairie a demandé une coordination des 190 centres de santé parisiens. Quand un centre de santé tente de parler de façon isolée à l’AP-HP, cela ne mène à rien », illustre Danièle Pozza. La démarche soulève « beaucoup d’espérance », mais des questions « restent posées ».

Bertrand Delanoë a laissé chacun s’exprimer, y compris cette dame au long parcours médical, habituée des débats municipaux, qui a monopolisé le micro jusqu’à en perdre la voix, vitupérant contre la langue de bois politique et le « diktat imposé aux patients » alors que la Sécu pourrait à l’en croire, et sans effort, dégager 80 % d’économies. Les réponses du maire ? « Pratiquement tous les sujets évoqués sont d’ordre national », a-t-il lancé. Et d’ajouter : « Voyageant beaucoup, j’ai quand même l’impression qu’on n’a pas le système de santé le plus pourri. Si vous voulez, je vous amènerai dans des quartiers aux États-Unis, et encore je ne parle pas d’Afrique. »

Interpellé par un porte-parole de la CGT au sujet de l’Hôtel-Dieu, le maire de Paris a renouvelé son souhait qu’y soit maintenu un service d’urgences. Comment y parvenir ? Quels liens établir avec les autres hôpitaux ? Bertrand Delanoë s’est refusé à plonger au cœur du dossier, autant politique que technique. « Il faut en discuter. Je ne suis pas un spécialiste, je risque même de dire des conneries », s’est-il justifié.

Une PH s’alarme de la disparition progressive de l’ophtalmologie à l’AP-HP. Le député PS Jean-Marie Le Guen préside le conseil de surveillance de l’établissement. Il lui répond : « Il faut jouer du numerus clausus et des transferts de tâches. Un presbyte n’est pas obligé pour obtenir des verres de voir un bac+12. Un ingénieur de haut niveau peut aller plus rapidement. »

DELPHINE CHARDON
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
18.12.2012 à 18h22

« Et si un presbyte a un glaucome, c'est l'ingénieur qui fera le diagnostic? - Médecin ophtalmo retraitée. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Journée mondiale de la tuberculose : alerte à la multirésistance, le risque s'aggrave Abonné

tuberculose

Un article du « Lancet Respiratory Medicine », paru à l’occasion de la Journée mondiale de la tuberculose ce 24 mars, souligne que malgré... Commenter

Les radiologues libéraux revendiquent 80 % de cabinets fermés

greve radiologues

La journée de grève des radiologues libéraux, ce jeudi 23 mars, est considérée comme un franc succès par la profession. « 80 % des cabinets... 2

Bilan des ECNi 2016 : moins de candidats, les jeunes ont cartonné, l'ophtalmo au top !

ecni

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), en partenariat avec le Centre national de gestion... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter