Judiciarisation de la médecine : la dérive à l’américaine serait un mythe

Judiciarisation de la médecine : la dérive à l’américaine serait un mythe

12.12.2012
  • 1355328514397668_IMG_95811_HR.jpg

Un ouvrage* intitulé « La judiciarisation de la santé » bat en brèche l’idée reçue selon laquelle la France emprunte le chemin des États-Unis en matière de procès médicaux.

Dans chacun de ces deux pays, le praticien doit avoir commis une faute pour que sa responsabilité puisse être mise en cause. Le parallèle s’arrête là. Outre-Atlantique, les règles de « medical malpractice » ne sont pas fédérales, et certains États sont plus intolérants que d’autres à l’erreur médicale. L’essentiel des affaires se traite au civil, le professionnel de santé n’ayant quasiment pas de responsabilité pénale (le recours au pénal, en cela, est une spécificité française).

Autre différence notable : le montant des indemnités accordées aux victimes d’accident médical par les tribunaux américains est plus élevé (323 000 dollars en moyenne en 2009), de même que les primes d’assurance acquittées par les professionnels. Certaines affaires, rarissimes certes, ont déjà dépassé les 10 millions de dollars. À l’indemnisation du préjudice s’ajoutent des intérêts punitifs, d’un montant très élevé, dont le but est de dissuader le professionnel de renouveler l’erreur.

Pour toutes ces raisons, « il n’y a pas de dérive à l’américaine en France », estime Didier Tabuteau, coauteur de l’ouvrage. Les travaux de recherche, pilotés par l’Institut droit et santé (Université Paris-Descartes), passent au crible une décennie de litiges et de réclamations, et comparent les voies judiciaires et amiables. Une mine d’informations pour les praticiens, de nature à calmer leurs angoisses. On y apprend que les condamnations prononcées par les tribunaux administratifs et de grande instance ont été stables entre 2004 et 2009. Au pénal, une baisse est même enregistrée. La voie amiable – via les commissions régionales de conciliation et d’indemnisation – est la plus fréquemment empruntée. Bien souvent, elle se solde par un classement sans suite.

Alors, pourquoi cette impression diffuse que la médecine française se judiciarise ? « La médiatisation de certaines affaires est une explication, avance Anne Laude, professeur de droit et coauteur du livre. Le droit a changé depuis dix ans. C’est aux médecins d’apporter la preuve qu’ils ont délivré l’information au patient. Les professionnels de santé connaissent mal la loi. »

C’est là l’un des enseignements de ces travaux de recherche : trop souvent encore, les médecins se trouvent mis en cause non pour une erreur de diagnostic ou un retard de prise en charge, mais pour un défaut de communication. Entre 1999 et 2009, 249 médecins ont été condamnés par un tribunal administratif pour défaut d’information.

* Publié cette semaine aux Éditions de Santé. Prix : 75 euros.

DELPHINE CHARDON
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
13.12.2012 à 11h21

« La sinistralité des médecins libéraux toutes spécialités confondues, est en hausse globale depuis 1986 (

Répondre
 
13.12.2012 à 10h21

« Il est surprenant de lire que les CRCI sont des voies de règlement "amiable". En effet ces commissions ont été mises en place pour indemniser les patients victimes d'accidents fautifs ou non fautifs Lire la suite

Répondre
 
13.12.2012 à 09h52

« Les opinions non chiffrées sont très souvent des manipulations ! »

Répondre
 
13.12.2012 à 00h00

« En effet je suis obstétricien et je viens de recevoir mon dernier avis de cotisation de RCP qui, dixit la SHAM, en raison de l'augmentation du nombre de mises en cause des praticiens va encore augme Lire la suite

Répondre
 
12.12.2012 à 22h13

« C'est curieux je suis Officier de Police Judiciaire et je reçois de plus en plus de pièces parquet ou de Commission Rogatoire suite à des courriers adressés au T.G.I. contre des médecins. Je dois r Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 8

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter