Économies sur le médicament : la limite est-elle atteinte ?

Économies sur le médicament : la limite est-elle atteinte ?

11.12.2012
  • 1355245077397475_IMG_95784_HR.jpg

Députés et industriels s’accordent pour dire que les économies réclamées au secteur du médicament sont « aux limites du supportable ». Mais comment faire autrement ?

Organisés dans le cadre des « Universités de Pharmaceutiques », à Strasbourg, plusieurs débats sur la politique du médicament ont comparé la situation hexagonale avec celle d’autres pays européens.

Selon Hervé Gisserot, nouveau patron du LEEM (syndicat patronal de l’industrie pharmaceutique), la France conserve plus d’atouts que ses voisins, y compris l’Allemagne. Mais il est grand temps, à ses yeux, de mettre en place une « régulation plus intelligente » des dépenses pharmaceutiques en cessant de les considérer comme des seules variables d’ajustement budgétaires. Plaidant pour plus de confiance et d’efficience, il s’élève contre le « cumul des mesures » de redressement qui frappent un secteur en récession.

À la tête de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée, la députée PS Catherine Lemorton entend veiller, elle aussi, à ce que l’économie ne remette pas en cause la qualité du médicament, qui a un prix. Mais elle reproche à l’industrie pharmaceutique son manque de transparence.

La droite aurait-elle fait mieux que la gauche sur le budget de la Sécu 2013 ? L’ancien député UMP Yves Bur, qui fut rapporteur de plusieurs PLFSS, avoue qu’il n’aurait pas mené une politique très différente sur le médicament. Et il reconnaît que la limite des efforts sur ce poste est désormais atteinte. Mais où trouver ailleurs les 1,4 milliard ainsi économisés ? La question reste sans réponse.

De fait, dans la plupart des domaines de la pharmacie, la France est rentrée dans la norme européenne, à l’exception notable des antibiotiques et des antidépresseurs. Les prix français se sont également rapprochés de la moyenne européenne.

Les nouveaux médicaments, ciblés mais onéreux, rendront encore plus indispensables les politiques d’évaluation médicoéconomique, a rappelé le Pr Jean-Luc Harousseau, président du collège de la Haute Autorité de Santé. Il a exclu néanmoins la création d’un seuil au-delà duquel un médicament ne serait plus pris en charge. Mais il a regretté que les recommandations de son organisme ne soient pas assez suivies, en rappelant que « la nouvelle politique du médicament, c’est d’abord un meilleur usage de ce dernier ».

 DENIS DURAND DE BOUSINGEN
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L’Allemagne autorise la prescription et le remboursement du cannabis à des fins médicales

cannabis

Les députés allemands ont donné leur feu vert, ce jeudi, à la prescription médicale du cannabis, mais aussi à sa délivrance en pharmacie et... Commenter

L'équipe santé de Fillon consulte les médecins et promet de supprimer le TPG obligatoire

Fillon

François Fillon prend activement le pouls de la profession. Son équipe santé a rencontré les 18 et 19 janvier les leaders des principaux... Commenter

Primaire à gauche : le comparatif des programmes

Primaire à gauche : le comparatif des programmes-0

Liberté d'installation, secteur II, déserts médicaux, santé publique, politique hospitalière...  « Le Quotidien » a décortiqué les... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter