Le quizartinib, un espoir dans certaines leucémies aiguës

Le quizartinib, un espoir dans certaines leucémies aiguës

10.12.2012
  • 1355157028397008_IMG_95703_HR.jpg

Chez les sujets atteints de leucémie aiguë porteurs de la mutation FLT3-ITD, le quizartinib entraîne une rémission totale dans plus d’un tiers des cas selon une étude dont les résultats ont été communiqués très récemment au congrès de la Société américaine d’hématologie.

Le quizartinib développé par Ambit Biosciences est un inhibiteur de la tyrosine kinase spécifiquement dirigé contre les cancers exprimant FLT3-ITD et KIT.

L’essai de phase II mené à l’hôpital John Hopkins et dans 9 autres centres américains a inclus 137 patients atteints de leucémie aiguë qui ont reçu le quizartinib à la dose de 90 mg/j chez les femmes, augmentée à 135 mg/j pour les hommes, durant des cycles de 28 jours. Les sujets étaient en rechute d’une chimiothérapie de 2e ligne ou d’une transplantation hématopoïétique.

Disponible sous forme orale

Quarante-quatre pour cent des 99 participants qui présentaient la mutation FLT3-ITD ont présenté une rémission complète, avec stérilisation de la moelle, mais nécessitaient toujours des transfusions sanguines et plaquettaires. Treize pour cent des 38 sujets sans mutation ont présenté ce même type de réponse positive.

« Le quizartinib est disponible sous forme orale, a expliqué le Dr Mark Levis, responsable de l’essai, il bloque l’enzyme FLT3 et son efficacité s’observe dès le 2e jour de traitement et, au 60e jour, le produit a complètement éliminé les cellules cancéreuses de la moelle. »

Les effets secondaires les plus fréquents étaient les nausées (38 %), l’anémie (29 %), l’allongement de QT (26 %), les vomissements (26 %), les neutropénies fébriles (25 %), diarrhées et fatigue. Dix pour cent des patients ont arrêté totalement le traitement pour effets secondaires. La survie au long cours n’est pas encore connue mais 34 % des patients ont reçu une greffe de moelle après le traitement par quizartinib. Un essai de phase III est en cours afin de tester l’efficacité de cet inhibiteur versus une chimiothérapie.

Dr A. T.-M.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
11.12.2012 à 18h08

« C'est à ce moment que les effets secondaires que l'on présente semblent être " superficiels" ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'ordonnance très libérale de la patronne de l'iFRAP pour « sauver la santé »

Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié ne manque pas d'idées. La directrice de la Fondation iFRAP, think tank libéral qui étudie l’efficacité des politiques... 6

Des médecins de Pau pétitionnent contre les pénalités visant les patients « hors parcours »

petition

« Nous demandons un moratoire pour stopper les sanctions financières dont sont victimes les patients ne trouvant pas de médecin traitant. »... 1

Création d'un modèle miniature d'appareil reproducteur féminin

Woodruff Lab

Une équipe de l’université Northwestern (Illinois, États-Unis) a développé un appareil reproducteur féminin miniature, et l'a présenté dans... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter