Journée mondiale du sida : la banalisation du VIH complique la prévention

Journée mondiale du sida : la banalisation du VIH complique la prévention

30.11.2012
  • sida

Chaque année, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, l’InVS publie les données actualisées de la surveillance du VIH/Sida et des infections sexuellement transmissibles en France. Ces données reposent à la fois, sur différents systèmes de surveillance auxquels participent les biologistes et les cliniciens et sur des enquêtes menées auprès de populations spécifiques.

HSH et les migrants

En 2011, le nombre de nouveaux diagnostics d’infection à VIH reste relativement stable depuis 2007 avec environ 6 100 personnes qui ont découvert leur séropositivité. Des disparités demeurent selon le mode de contamination et l’origine géographique. Les hommes HSH et les personnes contaminées par rapports hétérosexuels nées à l’étranger (dont les trois-quart dans un pays d’Afrique subsaharienne) restent les deux groupes les plus concernés : ils représentent chacun 40 % des découvertes de séropositivité en 2011.

La transmission du VIH est toujours importante parmi les HSH, qui constituent le seul groupe où le nombre de découvertes de séropositivité est en augmentation depuis 2003 (+30 %), même si leur nombre, en 2011, est équivalent à celui de 2010.

Au niveau régional, la Guyane et la Guadeloupe ont un taux de découvertes supérieur à celui observé en Ile-de-France (respectivement 914, 401 et 222 par million d’habitants). Dans le reste de la métropole, les taux régionaux ne dépassent pas 82 découvertes par million d’habitants.

Pour la première depuis 5 ans, le nombre de dépistage a augmenté : près de 5,2 millions de sérologies ont été réalisées en 2011, soit une augmentation de 4 % par rapport à 2010. « Il semble que l’élargissement du dépistage préconisé fin 2010 a vraisemblablement induit cette augmentation », constate l’InVS.

Toutefois, « il est cependant encore trop tôt pour en observer l’impact sur l’augmentation des diagnostics d’infection à VIH notamment réalisés à l’occasion d’un bilan ou sur la baisse des découvertes de séropositivité à un stade tardif ». Parallèlement, certaines infections sexuellement transmissibles (Chlamydia, infections à gonocoque et syphilis), mieux dépistées, ont augmenté.

Comportements sexuels à risque

En revanche, les données comportementales montrent que l’utilisation systématique du préservatif reste insuffisante, notamment lors des fellations, comme le montre l’enquête « Presse Gay et Lesbiennes » (EPGL) 2011, menée avec l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS), auxquels ont participé 11 000 HSH.

Bien que la moitié des répondants rapportent un test de dépistage du VIH dans les 12 derniers mois, 14 % déclarent encore « ne jamais avoir réalisé de test de dépistage au cours de leur vie ». En 2011, 17 % des répondants HSH de l’enquête déclarent être séropositifs pour le VIH, soit une prévalence déclarée plus élevée que lors de la précédente édition EPG (13 % en 2004).

Les comportements sexuels à risque ont augmenté en 2011 avec 38 % des HSH déclarant au moins une prise de risque dans les 12 derniers mois avec des partenaires masculins occasionnels de statut VIH inconnu ou différent contre 33 % en 2004. Ces prises de risque sont déclarées plus fréquemment par les répondants qui se déclarent séropositifs.

Consacré au VIH/Sida en France, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publie également la 6e enquête KABP-ANRS sur l’évolution des connaissances et des attitudes face au VIH/Sida en métropole. Face à la banalisation de la maladie en population générale, l’infection à VIH apparaît comme un risque de plus en plus éloigné des préoccupations, en particulier chez les 18-30 ans.

Des financements renforcés pour les tests rapides

La ministre de la santé Marisol Touraine a appelé vendredi à une remobilisation dans la lutte contre le sida et annoncé une plus grande diffusion des tests de dépistage rapide de cette maladie. « Il faut remobiliser la société car contrairement à ce que l’on pense trop souvent, le sida n’est pas une maladie du passé », a-t-elle déclaré ce vendredi sur France Info. « Il ne faut pas baisser la garde », a-t-elle souligné. Une des priorités du gouvernement est d’étendre la diffusion des tests rapides. « L’année prochaine les financements seront renforcés pour cette action », a-t-elle indiqué.
La ministre souhaite également instaurer  « une semaine du dépistage » pour  « aller plus loin dans cette pratique et cette démarche », avec la mise en place de lieux de tests rapides  « dans des régions bien identifiées » :  Provence-Alpes-Côte d’Azur, Guyane,  Ile-de-France, Rhône-Alpes.
 STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Santé au travail, médiateurs, coaching : comment Touraine veut « soigner les soignants » dans les hôpitaux

touraine

Attendu depuis des mois par la communauté hospitalière, le plan d'action du gouvernement visant à améliorer les conditions de travail des... 4

Vaccination par les pharmaciens, protection maternité : le budget de la Sécu définitivement adopté

vaccin ph

Le Parlement a adopté définitivement ce lundi, par un ultime vote de l'Assemblée nationale, le PLFSS 2017 (projet de loi de financement de... Commenter

Le nombre de cancers a augmenté de 33 % entre 2005 et 2015 dans le monde

En 2015, 17,5 millions de cas de cancer ont été recensés dans le monde, ainsi que 8,7 millions de décès, selon la dernière édition du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter