Aéroport de Nantes : un médecin «estomaquée» face aux blessures des manifestants | Le Quotidien du Médecin

Aéroport de Nantes : un médecin «estomaquée» face aux blessures des manifestants

30.11.2012
  • 1354293947394548_IMG_95079_HR.JPG

Depuis le début des opérations d’expulsions mi-octobre menées par les forces de l’ordre sur le site de la zone où est prévue la construction d’un nouvel aéroport près de Nantes, les affrontements avec les opposants n’avaient pas connu autant de violences que le week-end dernier.

Le Dr Stéphanie Lévêque, médecin hospitalier exerçant en Loire-Atlantique, était sur place et a soigné une quarantaine de personnes, parmi les plus gravement touchées, bien loin des deux blessés relevés par la Préfecture. Elle a voulu témoigner, « en dehors de toute considération partisane », et pour appeler à « un usage plus modéré de la force ».

Une lettre au préfet

« J’ai proposé spontanément mon aide car, lorsque je suis arrivée sur place le samedi, cela chauffait particulièrement, explique au Quotidien du Médecin, Stéphanie Lévêque, médecin hospitalier. J’ai vraiment été estomaquée, stupéfaite de voir ce que j’ai vu. Sur la seule journée du samedi, la plus violente, j’ai dû prendre en charge 29 personnes. Un poste médical avait été installé dans l’urgence au QG de la Vache Rit. Avec un autre médecin, nous avons pratiqué une médecine d’urgence, avec très peu de matériel : des pansements, du désinfectant, de quoi faire des sutures… »

Dans une lettre datée du 26 novembre et adressée au préfet de Loire-Atlantique et aux parlementaires du département pour « attirer (leur) attention sur la gravité des blessures infligées par l’utilisation des armes des forces de l’ordre », ce médecin décrit de manière détaillée ses constatations. (Lire la lettre manuscrite écrite par le médecin.)

Onze blessures par flashball

« Le samedi, j’ai soigné onze blessures par flashball, raconte-t-elle. La plus grave a concerné une personne qui était complètement dévisagée. C’était impressionnant. » Dans son courrier, Stéphanie Lévêque note : probable lésion dentaire ou maxillaire. « À ce jour, je ne sais pas ce qu’elle est devenue, puisque je n’ai plus été en contact avec les personnes blessées », ajoute-t-elle. Deux autres manifestants ont été touchés, eux, au thorax, avec doute sur une lésion hépatique. Le dimanche, une autre personne a reçu un impact de flashball au thorax, « avec suspicion de fracture de côte et lésion pulmonaire », selon cette professionnelle.

Parmi les autres blessures constatées par ce médecin, celles provoquées par l’explosion de grenades assourdissantes lui ont semblé particulièrement graves. Neuf de ces cas ont été soignés par le médecin. « J’insiste sur la gravité de ces blessures par explosion », écrit-elle au préfet. « Les débris pénètrent profondément dans les chairs risquant de léser des artères, nerfs ou organes vitaux. Nous avons retiré des débris de 0,5 à 1 cm de diamètre, d’aspect métallique ou plastique très rigide et coupant. » Des photos ont été prises par le second médecin ; on peut en voir quelques-unes sur le site des occupants de la zone.

Trois hospitalisations

« Ces débris étaient très compliqués à retirer, note le Dr Lévêque. S’ils étaient trop profondément enfouis, on les laissait en place, au risque sinon d’infecter les plaies. » Devant le nombre de personnes ayant été atteintes par des projectiles libérés par les grenades assourdissantes ou par les flashball, au niveau des cuisses, des jambes, des genoux, la question de l’utilisation de ce type d’armes est posée.

Parmi ces personnes prises en charge par Le Dr Lévêque, trois ont été hospitalisées. « Pour la première, c’est mon collègue qui a téléphoné au Samu, raconte-t-elle. Mais, il a fallu une heure à l’ambulance des pompiers pour arriver. Ils ont été retardés à un barrage de police. Ce sont les pompiers qui nous l’ont dit. Résultat : plus tard, j’ai pris ma voiture pour transporter le plus vite possible un autre blessé jusqu’au CHU de Nantes. »

Compte tenu de ses propres observations, le Dr Lévêque dit avoir été en colère quand elle a entendu le bilan officiel qui ne faisait état que de deux opposants blessés. « Je ne fais ici que la liste des patients les plus gravement blessés », précise-t-elle.

À ce jour, elle n’a pas reçu de réponse du préfet.

 OLIVIER QUARANTE (DE NOTRE CORRESPONDANT)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 26 Commentaires
 
07.12.2012 à 23h29

« C'est triste à dire, mais, quel que soit le gouvernement, ce n'est ni la première, ni la dernière fois que des pauvres gens sont pris en tenaille entre une police d'État impitoyable et des provocate Lire la suite

Répondre
 
02.12.2012 à 21h17

« Bravo, ma chère consœur, et bon courage, il en faut aux lanceurs d'alerte, "il n'est pire sourd ....". »

Répondre
 
02.12.2012 à 14h25

« Nous avons remplacé les enfoirés de droite par des enfoirés de gauche ; ça promet... »

Répondre
 
02.12.2012 à 09h05

« J’espère qu'elle sera là aussi lorsqu'un avion tombera sur Nantes!!! »

Répondre
 
01.12.2012 à 16h30

« Bizarres certaines de ces réactions. Vous n'avez donc pas de coeur ni d'humanité devant ces blessures graves infligées par les forces de l'ordre à des gens sans agressivité qui défendent leur enviro Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Polémique du logo nutritionnel : les sociétés savantes demandent plus de transparence

logo

La Société française de nutrition (SFN), la Société française de pédiatrie (SFP) et la Société française de santé publique (SFSP) ont exigé... 1

Les médecins libéraux courtisés par les candidats de la primaire à droite au congrès du SML

La campagne pour la primaire de la droite à peine lancée, les candidats des Républicains se sont retrouvés à Marseille pour dévoiler leurs... Commenter

Journée mondiale de la contraception : des droits à défendre sans cesse, plaide MDM

CONTRACEPTION

À l'occasion de la Journée mondiale de la contraception, ce 26 septembre, et de la Journée internationale pour la dépénalisation de l'avorte... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter