Un médecin prescripteur de baclofène s’en prend à l’étude du Pr Reynaud

Un médecin prescripteur de baclofène s’en prend à l’étude du Pr Reynaud

21.11.2012
  • 1353519305391299_IMG_94255_HR.jpg

Président de l’association Aubes qui réunit des médecins prescripteurs de baclofène dans l’alcoolo-dépendance, le Dr Bernard Jousseaume critique fortement l’essai clinique « Alpadir » lancé la semaine dernière sous la coordination du Pr Michel Reynaud (hôpital Paul-Brousse, Villejuif).

Dans un entretien accordé au magazine Viva, le Dr Jousseaume n’y va pas avec le dos de la cuillère. D’une durée de six mois, l’étude « Alpadir » vise à évaluer principalement l’efficacité du baclofène à la posologie cible de 180 mg par jour dans le maintien de l’abstinence de patients alcoolo-dépendants.

Incompréhension

« Une mascarade », juge le Dr Jousseaume qui ne « comprend pas » pourquoi l’équipe du Pr Reynaud a retenu l’abstinence comme premier critère d’évaluation. « Seuls les abstinents mériteraient-ils que l’on s’occupe d’eux ? (…) La révolution du Baclofène, c’est qu’on est passé du statut de l’abstinence au statut de l’indifférence à l’alcool. Et que, justement, des patients puissent se sevrer, se guérir même, sans trop souffrir. » Il s’étonne également que l’étude soit réalisée sur des patients déjà sevrés. « J’ai le sentiment que l’obscurantisme, qui prévalait il y a 200 ans est toujours de mise. » Quant à la posologie cible de l’essai, elle relève selon lui d’un « parti pris honteux ».

En effet, ajoute le Dr Jousseaume, « les médecins comme moi qui prescrivent ce médicament depuis au moins trois ans constatent que leurs patients deviennent indifférents à l’alcool avec, en moyenne, 150 mg par jour mais il y en a qui sont obligés de prendre 200 à 300 mg quotidiennement ». Contacté par « le Quotidien », le Dr Jousseaume n’en démord pas. « Je ne vois pas l’intérêt de faire une deuxième étude (après l’essai Bacloville lancé en mai dernier sous la coordination du Pr Philippe Jaury, ndlr) si c’est pour se limiter à 180 mg et demander aux gens d’être abstinents. Le postulat de l’abstinence ne va pas forcément biaiser les résultats mais je trouve lamentable d’exiger cela », déclare-t-il. « Le seul point positif de cette étude, c’est qu’on va pouvoir obtenir l’AMM », concède le Dr Jousseaume. En cas de résultats concluants de l’essai « Alpadir », la société pharmaceutique Ethypharm entend ainsi déposer une demande d’AMM pour une reformulation du baclofène dans le traitement de l’alcoolo-dépendance.

Le Pr Reynaud riposte

Réagissant aux propos Dr Jousseaume, le Pr Reynaud considère qu’il est « un peu difficile de parler avec des gens qui sont injurieux et dont le parti pris est honteux ». Le responsable de l’essai « Alpadir » tient cependant à faire une petite mise au point. S’agissant du critère d’abstinence principalement retenu dans le cadre de cet essai, c’est celui qui a « le plus de portée » dans le cadre d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) indique-t-il au « Quotidien ».

« Il faut que Monsieur Jousseaume qui n’a pas manifestement les connaissances méthodologiques comprenne qu’un essai thérapeutique, c’est un cadre très contraint », glisse-t-il. « On a fait cette étude parce que celle de Monsieur Jaury permettra justement d’avoir une idée sur la diminution de consommation qui est un objectif extrêmement récent dans la prise en charge de l’alcoolo-dépendance. Critère qui reste encore énoncé avec prudence par les autorités sanitaires françaises, européennes et internationales. Donc si l’on veut être le plus solide et le plus crédible possible, il fallait l’abstinence », explique le Pr Reynaud.

Effets secondaires

« Bien évidemment, nous étudions en objectif secondaire la diminution des consommations. Et dans nos publications, nous considérerons comme un succès les diminutions des consommations vers des niveaux jugés sans risque ou à bas risques », précise-t-il. Sur la posologie cible de 180 mg choisie dans l’étude « Alpadir », le Pr Reynaud est sans équivoque : « Monsieur Jousseaume n’a pas le monopole de la prescription du baclofène. Nous en prescrivons et nous avons évidemment travaillé avec les médecins qui en prescrivent beaucoup. Nous avons tenu compte de la seule étude publiée qui est celle de messieurs de Beaurepaire, Jaury et Rigal, laquelle donne une médiane à 120 mg. À 180 mg, les trois quarts des patients ont un effet positif. En revanche, à partir de 100 mg, on a des chances importantes d’avoir des effets secondaires et à 150 mg on a très souvent des effets secondaires », souligne-t-il.

« Tout le problème pour le baclofène est l’équilibre entre l’effet thérapeutique quand il existe et les effets secondaires. Dans la mesure où pour avoir la certitude d’une efficacité sur le maintien de l’abstinence, il fallait une dose cible à atteindre le plus fréquemment possible. Nous avons préféré prendre une dose sur laquelle le risque d’effet secondaire reste encore acceptable », résume le Pr Reynaud.

 DAVID BILHAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
22.11.2012 à 11h26

« – Sur la forme :
Je croyais que les discours méprisants et injurieux étaient réservés à Ameisen…
Quel intérêt de faire passer l’association AUBES pour une bande d’excités ???

– Sur le fond :
Oui, l Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le Dr Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme

Cahuzac

L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui avait des comptes cachés à l'étranger, a été condamné jeudi à Paris à trois ans de prison... 7

L'espérance de vie en recul en 2015 aux États-Unis, selon les CDC

Longévité

L'espérance de vie des Américains a reculé en 2015, une première depuis 1993 selon un rapport des autorités sanitaires américaines. Un... Commenter

La Guadeloupe inaugure un dispositif d'échocardiographie à distance, une première

Télé-échocardiographie d'île à île

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les cardiologues ont le bras long, très long, suffisamment long pour traverser les 30 km de mer qui les séparent... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter