Éthylotests chimiques : des cas de projection oculaire au moment de l’ouverture du dispositif

Éthylotests chimiques : des cas de projection oculaire au moment de l’ouverture du dispositif

16.11.2012
  • éthylotest

Une étude réalisée par le Comité de coordination de toxicovigilance à la demande de la Direction générale de la santé a permis de recenser 156 incidents, après utilisation d’un éthylotest chimique entre le 1er janvier 1999 et le 10 juin 2012, signalés auprès des centres antipoison et de toxicovigilance. La présence d’un éthylotest, électrique ou chimique, est obligatoire dans tous les véhicules depuis le 1er juillet 2012. Les automobilistes en infraction seront verbalisables (amende de 11 euros) à partir du 1er mars 2013.

Conjonctivite et kératite

C’est dans le cadre de ces décrets qu’une étude sur les effets nocifs potentiels de ces éthylotests à usage unique a été demandée. Parmi les 156 incidents recensés auprès des centres antipoison, 119 présentaient au moins un symptôme. Les cas symptomatiques résultaient, dans deux tiers des situations, d’une exposition buccale ou orale et « présentaient en l’occurrence, pour l’essentiel, des signes bénins d’irritation des muqueuses digestives ».

Près du quart des cas (24 %) « résultaient d’une exposition oculaire ». « On note 21 cas de projection oculaire au moment de l’ouverture du dispositif ce qui est le plus préoccupant car toujours responsable de conjonctivite marquée, et dans un cas, de kératite », soulignent les auteurs. La conséquence la plus grave a été constatée chez un enfant de 5-6 ans à la suite de la manipulation d’un éthylotest par son père.

Les expositions accidentelles concernaient des enfants de moins de 4 ans dans 20 % (n = 31) mais aussi des jeunes adultes avec un pic entre 1 et 7 ans et un deuxième entre 17 et 20 ans, âge visé par l’autocontrôle (sortie de boîte de nuit).

Acide sulfurique et sel de chrome

Les éthylotests sont constitués d’un tube de réactif contenant principalement de la silice sous forme de cristaux ou de gel, de l’acide sulfurique et un sel de chrome. L’exposition aux agents contenus dans l’éthylotest peut être accidentelle (142 cas) ou volontaire (10 cas). À noter que dans 4 cas, le dispositif a été croqué et/ou avalé dans un contexte d’état ébrieux avancé.

Compte tenu de leur composition, les effets nocifs potentiels des éthylotests sont essentiellement irritatifs et corrosifs (dus au dérivé du chrome et à l’acide sulfurique) : ulcération de la muqueuse jugale, œsophagite, kératite. Des effets locaux qui peuvent être minimisés par des mesures de décontamination (lavage immédiat à l’eau pendant 15 minutes). En cas d’ingestion, les toxicologues du groupe de travail recommandent, compte tenu des quantités minimes qui ont en jeu, la prise d’un verre d’eau avant même la consultation d’un centre antipoison. Les experts estiment peu probables les effets systémiques (ingestion de chrome d’iodure ou de nitrate de potassium) du fait des petites quantités mises en œuvre. De même, le risque de sensibilisation avec les dérivés du chrome hexavalent semble réduit.

Quant à la cancérogénicité des dérivés du chrome hexavalent, elle ne peut être appréhendée dans cette étude, portant sur des cas d’exposition aiguë, unique et de courte durée.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
16.11.2012 à 22h36

« Encore faut il pouvoir s'en procurer un ! Rupture de stock nationale ! Si le QDM organise une vente privée, je suis OK ! »

Répondre
 
16.11.2012 à 21h55

« Qu'en est-il du recyclage des éthylotests usagés ? Sans parler du manque de fiabilité inscrit en toute lettre sur la notice ! »

Répondre
 
16.11.2012 à 19h27

« Je voudrais savoir à qui profite le plus cette idée saugrenue et farfelue des ethylotest : à la Sécurité routière ou au fabricant ?Etant entendu que rares seront ceux qui auront recours à ces tests Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Soutien de Fillon, l'ex-PDG d'Axa se défend d'avoir inspiré son programme Sécu

Henri de Castries

C'était un secret de Polichinelle : l'ancien PDG du groupe d'assurance Axa, Henri de Castries, a rendu public ce mardi son engagement clair... 1

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 56

Avec la salle de consommation à moindre risque, « 8 000 injections n'ont pas eu lieu dans l'espace public », dit le Dr Jean-Pierre Lhomme (Gaïa)

salle shoot

Le 17 octobre 2016, s'ouvrait, dans des locaux attenants à l'hôpital Lariboisière (AP-HP), la salle parisienne de consommation à moindre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter