Conditions de travail : les discussions ont démarré entre les internes et le gouvernement

Conditions de travail : les discussions ont démarré entre les internes et le gouvernement

15.11.2012
  • 1352998769389749_IMG_93897_HR.jpg

Les étudiants, internes et chefs de clinique ont eu leur premier rendez-vous mercredi au ministère de la Santé pour débattre des évolutions à apporter sur leurs conditions de travail et de formation. Des représentants des ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur, mais aussi des doyens, des membres de la communauté hospitalo-universitaires (CME, DG, FHF…) et des étudiants en odontologie, pharmacie et biologie ont assisté à cette première réunion.

Des propositions d’ici au 31 janvier

Le groupe de travail, piloté par le directeur général de l’offre de soins (DGOS) Jean Debeaupuis, doit se réunir à nouveau les 28 novembre, 12 décembre, 19 décembre et début janvier. Il doit aborder les thématiques des gardes et astreintes, du fonctionnement des stages, des questions de protection sociale mais aussi de l’application de la circulaire du 10 septembre rappelant les obligations en matière d’application par les hôpitaux du repos de sécurité.

Le groupe de travail doit remettre des propositions concrètes aux pouvoirs publics d’ici au 31 janvier. L’ISNIH et l’ISNCCA, qui ont engagé un mouvement de grève illimité, ont décidé de retourner vers leurs instances pour savoir quelle suite ils vont donner à leur mobilisation et s’ils poursuivent la concertation sur la formation. L’ISNIH doit se déterminer en assemblée générale samedi. L’intersyndicat entend faire barrage à la proposition de loi créant les réseaux de soins mutualistes. Les internes de médecine générale (ISNAR-IMG) demandent quant à eux que le temps de travail réglementaire – 48 heures par semaine – soit respecté et qu’une attention particulière soit portée aux amplitudes horaires. Quant à l’ANEMF, elle souhaite une revalorisation des indemnités de stage du 2e cycle et des mesures contre la saturation des terrains de stage.

 CH. G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
16.11.2012 à 09h05

« ISNAR et ANEMF sont des profiteurs de ce mouvement... C'est incompréhensible que leur revendications soient relayées alors qu'ils ne sont pas en mouvement... »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 8

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter