Conditions de travail, réseaux : les jeunes médecins ne désarment pas

Conditions de travail, réseaux : les jeunes médecins ne désarment pas

14.11.2012
  • 1352911168389365_IMG_93772_HR.jpg

Les internes (ISNIH) et les chefs de clinique (ISNCCA) gardent l’arme au pied. Satisfaits d’une mobilisation jugée « sans précédent », lundi dernier, les deux syndicats de futurs praticiens dénoncent l’attitude d’un gouvernement « resté sourd aux revendications des jeunes médecins ».

Dans un communiqué publié ce mercredi, les deux organisations fustigent « l’inutilité d’un énième groupe de travail sur le respect du temps de repos des internes, sans s’engager sur aucune autre disposition concrète à mettre en place ». Dans une lettre aux internes, Marisol Touraine avait annoncé cette mission en début de semaine qui devra remettre des propositions concrètes « avant le 31 janvier 2013 » (et dont la première séance était programmée ce mercredi). Visiblement, le procédé n’a donc pas convaincu.

La crainte d’une privatisation du système de santé

Les jeunes médecins se disent également « révoltés » par « la possibilité donnée aux mutuelles de mettre en place des réseaux de soins », première étape à leurs yeux vers « une privatisation d’un système de santé organisé et régulé par les complémentaires ». Une proposition de loi socialiste sera examinée la semaine prochaine sur la mise en place de ces réseaux. Là encore, Marisol Touraine a bien tenté de déminer le terrain en promettant de garantir le « principe de libre accès aux soins » lors de la discussion parlementaire. Un discours qui n’a pas encore apaisé les tensions.

Les deux syndicats se disent « résolus à durcir leur mouvement de contestation » si le gouvernement ne les entend pas.

 C.D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
ROSP

ROSP : 7 000 euros par généraliste en 2016

Très attendue, la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) est versée ces jours-ci à près de 91 000 médecins libéraux au titre de 2016. La prime moyenne des seuls généralistes atteint 6 983 euros (+3,4 %). La CNAM dresse un bilan positif de ce système mais a programmé sa mue dans la nouvelle convention. Points noirs : la vaccination et certains dépistages. 5

Marisol Touraine appelle à voter « massivement » pour Emmanuel Macron

touraine

La ministre de la Santé est sortie de son silence à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, dimanche soir. « J’appelle les... 1

Macron, l'homme qui rendra le tiers payant « généralisable » et investira 5 milliards dans la santé

macron

Dans notre sondage exclusif, les médecins libéraux avaient placé Emmanuel Macron dans le duo gagnant du premier tour, juste derrière... 6

Le Pen, la candidate qui ne promet « pas la lune » aux médecins et veut supprimer l'AME

le pen

Comme son père était parvenu à le faire en 2002, Marine Le Pen s'est qualifiée au second tour de l'élection présidentielle, où elle sera... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter