Une nouvelle référence dans le cancer du rectum localement avancé

Une nouvelle référence dans le cancer du rectum localement avancé

02.11.2012
  • 1351876895385808_IMG_92942_HR.jpg

Une étude multicentrique française démontre que dans le cancer localement avancé du rectum, un protocole associant radiothérapie à la dose de 50 Gy à une chimiothérapie orale par capécitabine réduit à trois ans le risque de rechute locale à moins de 5 %, au prix d’une excellente tolérance.

Ce travail de phase III, cordonné par le Pr Jean-Pierre Gérard (centre Antoine-Lacasagne, Nice), a changé la pratique quotidienne en France et dans d’autres pays. La SNFGE reconnaît le protocole dit CAP 50 comme le traitement standard de référence en France.

L’étude randomisée ACCORD 12, promue par le groupe UNICANCER en coopération avec la FFCD (Fédération francophone de cancérologie digestive) a concerné 598 personnes atteintes d’un cancer du rectum localement avancé dont l’âge moyen était de 61 ans et qui ont été traitées entre 2005 et 2008.

Le but de cette étude était de trouver le meilleur traitement préopératoire pour ces cancers du rectum. D’un côté, 249 personnes ont reçu ce qui était le traitement standard en 2005 (radiothérapie 45 Gy en 5 semaines associés à une chimiothérapie par capécitabine qui remplaçait le fluorouracile I.V.) et, de l’autre, 249 ont reçu le nouveau traitement testé qui associait une dose de 50 Gy en cinq semaines de radiothérapie à la nouvelle chimiothérapie orale (capécitabine) plus de l’oxaliplatine. Conclusion : ce nouveau traitement réduit à trois ans le taux de rechute à moins de 5 % avec moins de 5 % de toxicité sévère et une mortalité inférieure à 1 % à 60 jours. À trois ans, 88 % des patients traités avec le protocole 50 Gy et capécitabine sont encore en vie. En comparant ces résultats avec ceux d’autres études internationales, on a pu confirmer le bénéfice de l’escalade de dose de la radiothérapie, l’avantage de la capécitabine orale et l’inutilité, voire la toxicité de l’ajout de l’oxaliplatine.

Facile à réaliser et bien toléré, ce protocole est utilisé en routine depuis 2012 (les résultats préliminaires avaient été publiés en 2010 dans le « JCO ») et sert de protocole de contrôle pour les nouveaux essais cliniques qui viennent de commencer en France.

Gérard JP, Azria D., Gourgou-Bourgade S et coll. J Clin Oncol : DOI : 10.1200/JCO.2012.42.8771.

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
03.11.2012 à 13h11

C'est une avancée lorsque nous connaissons l'angoisse des patients pour ce cancer à localisation particulière.
Qu'en est-il pour la survie à 5 ans ?
Et la tolérance à la radiothérapie (associée à la Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cellules, ADN, exosomes, des indices dans le sang à exploiterComment le matériel tumoral circulant peut révolutionner le cancer Abonné

cancer

La détection du matériel tumoral circulant ouvre de nouvelles perspectives pour une meilleure prise en charge des cancers, plus précoce,... Commenter

Bilan des ECNi 2016 : moins de candidats, les jeunes ont cartonné, l'ophtalmo au top !

ecni

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), en partenariat avec le Centre national de gestion... 1

Un conflit médical dégénère et jette le discrédit sur un service de dermatologieAccusations publiques, harcèlement : le CHU de Besançon dans la tourmente Abonné

besancon

Ancien chef de service de dermatologie au CHU de Besançon, le Pr Philippe Humbert a dénoncé des maltraitances présumées envers d'anciens... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter