Drame du Lot : pas de lien avec la désertification selon l’ARS, reste la problématique des transports

Drame du Lot : pas de lien avec la désertification selon l’ARS, reste la problématique des transports

30.10.2012
  • 1351615350385085_IMG_92795_HR.jpg

La mort d’un nouveau-né sur une autoroute le 19 octobre n’est pas liée à l’existence d’un désert médical ni à un problème d’organisation des soins : c’est ce qu’affirme l’Agence régionale de santé Midi-Pyrénées, dans un bref communiqué.

Bouclée en quelques jours, l’enquête, voulue par François Hollande, et commandée au lendemain du drame par l’ARS, n’est pas rendue publique. Il s’agit d’un « cas personnel » impliquant « la vie privée de personnes ayant vécu un drame particulièrement douloureux », se justifie l’ARS, qui indique que la situation n’appelle pas de mesures particulières. Le rapport a été transmis à l’Ordre des médecins et au Procureur de la république.

Le président PS de la région Midi-Pyrénées, Martin Malvy, demande un audit pour faire le bilan de tous les accidents qui ont pu se produire depuis la fermeture, en 2009, de la maternité de Figeac (transferts en urgence de nourrissons ou de mères vers d’autres structures, accouchements à Figeac au sein de l’hôpital qui ne possède plus de maternité depuis 2009). Selon la CGT santé du Lot, plus de 100 femmes enceintes sur la circonscription de Figeac, chaque année, font plus de 45 minutes pour rejoindre une maternité ; une vingtaine n’y parvient pas.

Pénurie de transports sanitaires dans les campagnes

Le Dr Anne-Marie Bader est responsable du centre de périnatalité à Figeac, mis en place après la fermeture de la maternité afin d’aiguiller les femmes enceintes. Une cinquantaine de patientes par an y sont suivies. Formés aux accouchements inopinés, les urgentistes du petit centre hospitalier ont accouché six femmes au cours des trois dernières années, sans incident particulier. Des jumeaux sont même nés sans encombre. Mais les cas plus lourds se heurtent à la problématique des transports sanitaires, et c’est là tout le combat du Dr Bader : « Nous devons nous battre dans nos petites campagnes pour obtenir un transport de façon à accueillir les accouchements délicats en maternité de niveau 3. À trop fermer de petites maternités, les maternités de niveau 3 se retrouvent encombrées par des accouchements normaux. Qu’il n’y ait pas d’argent et plus de médecins pour rouvrir les maternités de niveau 1 ou 2, c’est une chose, mais alors que l’on développe les transports médicalisés ».

La gynécologue-obstétricien illustre le propos par une histoire qui aurait pu mal se terminer. « J’ai reçu des jumeaux au 7e mois avec une béance du col. J’ai demandé un hélicoptère en urgence à Toulouse, qui m’a été refusé. J’ai gardé la maman, complètement dilatée, en salle d’opération pendant trois jours : le meilleur transport, ça reste le ventre de la mère. Et toutes les 12 heures, je rappelais pour demander un hélicoptère. J’ai fini par en trouver un, venu de Rodez, qui a atterri à Limoges : les enfants ont été césarisés et sauvés ».

L’avenir de la maternité de Decazeville en question

Le Dr Philippe Hélou vit également cette lutte au quotidien, dans la maternité qu’il dirige à Decazeville, dans l’Aveyron. Sa structure réalise 320 accouchements par an ; il la porte à bout de bras depuis 25 ans. Le Dr Hélou a vu quatre maternités fermer dans les environs ces dernières années : deux à Figeac, une à Villefranche-de-Rouergue, une à Rodez. L’avenir de sa maternité lui paraît très incertain. « Pourtant, la proximité est fondamentale, dit-il. En février dernier, une femme qui a fait un hématome rétroplacentaire a perdu son enfant. Les pompiers l’ont emmenée de Figeac vers Villefranche. À la frontière du Lot et de l’Aveyron, il a fallu changer de transport, du temps a été perdu. Le SAMU de l’Aveyron a dit qu’il ne pouvait pas intervenir, il a fallu revenir à Figeac. De Figeac, on l’a renvoyée à Decazeville. Quand la femme est arrivée ici, le bébé était déjà mort. Il aurait pu être sauvé s’il y avait eu une maternité à Figeac ».

Une délégation du comité de défense du centre hospitalier de Decazeville sera reçue au ministère de la Santé le 7 novembre. « Tout l’hôpital est menacé, résume le chef de la maternité. Plusieurs médecins partent à la retraite et les postes ne sont pas renouvelés. C’est avant tout une logique comptable qui dicte les fermetures ; après, on maquille ça avec un problème de démographie médicale. Quand le chef de service défend sa structure, que l’ambiance y est bonne, les médecins viennent y travailler. Dans ma maternité, l’effectif est complet : nous sommes quatre obstétriciens, tous diplômés en France. »

DELPHINE CHARDON
Source : Lequotidiendumedecin.fr
9 Commentaires
 
01.11.2012 à 11h30

« ARS : Pouvoir exorbitant et complètement discutable au plan de l'équité constitutionnelle : Deux exemples récents : Le bébé mort, après fermeture des maternités de proximité ; l'ARS concernée qui a Lire la suite

 
31.10.2012 à 15h34

« L'addition 1) des accidents dus aux fermetures, 2) aux bons scores des maternités de niveau 3, doit être à peu près équivalent aux mauvais résultats des maternités de niveau 1 et 2 ? Non ? »

 
31.10.2012 à 06h09

« Le principe de précaution a fait et fera encore disparaître toutes les structures de niveau 1 (dites de proximité) , et fera concentrer les accouchements dans les structures de niveau 2 et 3 (qui on Lire la suite

 
31.10.2012 à 04h57

« Le responsable de l’ARS, ni d’ailleurs de l’Assurance Maladie, ne va certainement pas prendre en charge les suites des erreurs de leurs prédécesseurs. Ce serait du jamais vu ! Il n’y donc pas de lie Lire la suite

 
30.10.2012 à 23h01

« Pourquoi 300 accouchements, et non pas 287 ou 174 ou 2311 ? A force de vouloir tout maîtriser par des statistiques, voire des scores non reproductibles, la médecine est agonisante. Qui en assumera l Lire la suite

Voir tous les commentaires

A la une

add

Santé au travail, médiateurs, coaching : comment Touraine veut « soigner les soignants » dans les hôpitaux

touraine

Attendu depuis des mois par la communauté hospitalière, le plan d'action du gouvernement visant à améliorer les conditions de travail des... 7

Vaccination par les pharmaciens, protection maternité : le budget de la Sécu définitivement adopté

vaccin ph

Le Parlement a adopté définitivement ce lundi, par un ultime vote de l'Assemblée nationale, le PLFSS 2017 (projet de loi de financement de...

Fils de médecins, Macron défend la « révolution » de la santé  Abonné

MACRON

Plutôt qu'un « catalogue d'espoirs déçus », c'est une « vision, un récit, une volonté » que propose Emmanuel Macron dans son ouvrage «...

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter