OGM : l’ANSES reconnaît l’originalité de l’étude Séralini et... ses faiblesses

OGM : l’ANSES reconnaît l’originalité de l’étude Séralini et... ses faiblesses

22.10.2012
  • 1350922933382782_IMG_92141_HR.jpg

« Ambitieuse et originale » : voilà les mérites que reconnaît l’Agence nationale de sécurité sanitaire des aliments (ANSES) à l’étude sur le maïs OGM NK603 et le pesticide Round up. La publication de Gilles-Éric Séralini (le 19 septembre, dans « Food and Chemical Toxicology ») « aborde un sujet jusqu’ici peu étudié : celui des effets à long terme des OGM associés aux préparations phytopharmaceutiques ». L’agence n’a pu identifier que deux autres études portant sur la vie entière des animaux (l’étude de Malatesta et al. et celle de Sakamato et al.).

Pour autant, Marc Mortureux, directeur général de l’ANSES, estime que « la faiblesse centrale » de l’étude réside dans le fait que les conclusions avancées par les auteurs sont « insuffisamment soutenues » par les données de cette publication. Celles-ci ne permettent pas « d’établir scientifiquement un lien de cause à effet » entre la consommation du maïs OGM et/ou de pesticide et les pathologies constatées, ni d’étayer les conclusions et les mécanismes d’action avancés par les auteurs.

Statut quo scientifique

Par conséquent, à la question de savoir si l’étude Séralini et al. remet en cause les conclusions des évaluations précédentes sur cet OGM (tolérant au glyphosate) ou sur cet herbicide, l’ANSES répond par la négative. Les résultats « ne sont pas significatifs », c’est-à-dire qu’ils dépassent les 5 % d’incertitude attribués à tout travail scientifique, précise Jean-Pierre Cravedi, toxicologue à l’INRA et président du groupe d’expertise collective d’urgence (GECU) réuni par l’ANSES.

Pendant quatre semaines, le GECU (composé de 10 membres dont le président) a analysé l’étude de Séralini en auditionnant notamment plusieurs de ses co-auteurs, dont le Pr Séralini. La société Monsanto a été sollicitée mais cette dernière a préféré participer par une contribution écrite, « compte tenu des délais ». François Veillerette, président de l’association « Générations futures » a également été entendu « afin d’apporter l’éclairage de son association sur les modalités d’évaluation des risques sanitaires des OGM et des produits phytopharmaceutiques ».

Pour un changement de réglementation européenne

Car l’analyse de l’ANSES devait aussi porter sur la pertinence de la réglementation européenne en vigueur en matière d’évaluation des risques sanitaires. Et sur ce point, il est vrai que l’étude de Séralini « rouvre la question des effets potentiels à long terme des OGM et associés au produit phytosanitaires, une question assez peu documentée », admet Marc Mortureux en soulignant que l’Agence avait déjà produit un avis à ce sujet en 2011 en proposant « une méthodologie d’analyse des données offrant un haut niveau d’exigence ». Sur cette base, un projet de règlement européen, en cours de finalisation et soumis aux États membres au printemps dernier, impose la conduite de tests de toxicité sub-chronique à 90 jours. S’agissant des pesticides, d’autres évolutions sont en cours dans les référentiels d’évaluation et ont pour vocation à être étendues à la question des effets cumulés entre substances actives et co-formulants.

Concrètement, l’ANSES se dit prête à travailler, avec d’autres partenaires nationaux ou européens, à établir des principes généraux de protocoles de recherches sur la question des effets à long terme des OGM et associés aux préparations phytopharmaceutiques. Et pour ce faire, l’agence appelle à la mobilisation de financements publics dédiés à la réalisation d’études et de recherches d’envergure sur les risques sanitaires. Un tel dispositif existe aux États-Unis, témoigne Marc Mortureux : le « National toxicology Program » a ainsi pu engager de telles études sur le bisphénol A.

Le gouvernement veut une remise à plat du dispositif européen

L’étude Séralini sur les OGM « a au moins un mérite : elle a mis en avant la nécessité de bouger » même si elle « n’est pas conclusive » et qu’elle est « controversée », a déclaré la ministre de l’Écologie Delphine Batho. Il faut donc à l’avenir « des études à long terme, des études qui portent sur les effets cumulés des OGM et des pesticides qui les accompagnent et revoir la procédure d’évaluation », a-t-elle indiqué.
Dans un communiqué, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, a, pour sa part, affirmé que « le Premier ministre a demandé au ministre de l’Agriculture, à la ministre de l’Écologie et au ministre délégué chargé de la Consommation de porter au niveau européen la demande du gouvernement d’une remise à plat du dispositif communautaire d’évaluation, d’autorisation et de contrôle des OGM et des pesticides ». Comme l’ont confirmé l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) et le Haut conseil des biotechnologies ( HCB), l’étude du Pr Séralini « n’est pas de nature à remettre en cause les précédentes évaluations ».
En conséquence, il n’y a pas lieu « de revenir sur les autorisations accordées au maïs NK603 et à l’herbicide Round-up ». En revanche, le gouvernement retient la proposition de renforcer les études sur les effets à long terme de la consommation des OGM et des pesticides. « Dans ce contexte, la détermination du gouvernement pour maintenir le moratoire en France des OGM autorisés à la culture dans l’Union européenne est réaffirmée. »
STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
23.10.2012 à 09h37

« On aurait pu exiger tout de suite la transparence totale sur les essais des semenciers qui ont permis les autorisation .

Les champions des tours de passe passe avec les lois, les règlementations e Lire la suite

Répondre
 
23.10.2012 à 08h59

« Plus de cent études ont été réalisées avant l’étude Séralini et elles étaient, selon les experts, de bonne qualité, bien qu’il manquait peut-être des études à long terme puisque l’ANSES n’en a recen Lire la suite

Répondre
 
23.10.2012 à 08h36

« Je soutiens totalement le Pr SERALINI et la façon dont il a présenté ses résultats.
En entendant les lobbies industriels, universitaires, et/ou de l'argent (y aurait-il des relations entre ceux-ci e Lire la suite

Répondre
 
23.10.2012 à 00h03

« On ne parle jamais des études sur le roundup à dose infime sur les oursins avec les anomalies de la division cellulaire. Études faites à Roscoff par Mr BELLE du laboratoire de biologie marine. »
Dr Lire la suite

Répondre
 
22.10.2012 à 22h56

« Il faut peut être désigner le vrai responsable : Monsanto et sa soif de profit sur le dos de la santé occidentale.
Car il n'y a pas que les OGM qui posent question... »

Dr NURIT

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Risques psychosociaux : les internes jugeront sur pièces le plan Touraine...  et lancent une enquête

internes

Le plan d'action pour améliorer la qualité de vie au travail des médecins et des soignants hospitaliers, présenté lundi dernier par Marisol... Commenter

La Guadeloupe inaugure un dispositif d'échocardiographie à distance, une première

Télé-échocardiographie d'île à île

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les cardiologues ont le bras long, très long, suffisamment long pour traverser les 30 km de mer qui les séparent... 3

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter