Surirradiés d’Épinal : la directrice de l’hôpital dénonce l’attentisme des médecins et de l’administration

Surirradiés d’Épinal : la directrice de l’hôpital dénonce l’attentisme des médecins et de l’administration

11.10.2012
  • 1349970567379128_IMG_91075_HR.jpg

Au neuvième jour du procès des surirradiés d’Épinal, Dominique Cappelli, ancienne directrice du centre hospitalier Jean-Monnet (Vosges), s’est présentée face aux juges en tant que « bouc émissaire » et « victime expiatoire » du drame de santé publique qui a touché près de 450 patients entre 2001 et 2006. Poursuivie pour non-assistance à personne en danger, elle affirme avoir géré les accidents de radiothérapie, « avec les moyens du bord, seule dans (son) coin ».

Lorsqu’en septembre 2005, les radiothérapeutes de l’établissement informent la directrice du premier accident, Dominique Cappelli explique avoir aussitôt alerté la DDASS des Vosges, l’Agence régionale d’hospitalisation de Lorraine (ARH), les médecins inspecteurs et le conseil d’administration de l’hôpital. Soulignant dans un premier temps, « l’attitude remarquable » des deux médecins qui l’ont prévenue, elle préconise alors que les 24 victimes surirradiées à 20 % entre mai 2004 et août 2005 soient prévenues.

Non-décision

Mais trois semaines plus tard, durant l’unique réunion qui se déroulera en présence des professionnels de l’hôpital d’Épinal, de la DDASS et de l’ARH, la directrice confie s’être sentie « trahie ». Selon ses dires, l’un des radiothérapeutes relativise les faits, estimant qu’il n’y a pas lieu de rappeler les victimes de complications, afin de ne pas inquiéter les autres et préserver le reste de leur patientèle. « Tout le monde m’a regardée avec insistance, j’ai eu une réaction d’urgentiste, j’ai dit "je le fais" », rapporte-t-elle, évoquant une « non-décision » de l’ensemble des participants au sortir de la réunion. « Personne n’a bougé », déplore-t-elle.

Entre fin 2005 et fin 2006, elle affirme être la seule à recevoir les victimes et leur famille. En juin 2006, après avoir assisté « cachée derrière la porte de l’église » à l’enterrement d’une victime, elle « craque » et retourne s’adresser à l’ARH. Neuf mois après sa découverte, l’accident sera enfin signalé aux autorités nationales. Le témoignage de l’ex-directrice pourra être mis en parallèle à celui du Dr Françoise Lalande, deuxième auteur du rapport IGAS/ASN, qui, durant la première semaine du procès, avait fortement critiqué l’attitude de l’ensemble des acteurs de l’affaire, sans exception.

Le Dr Sztermer se défend

Mardi, les juges du tribunal correctionnel de Paris se sont attardés sur la pertinence de l’augmentation progressive des doses de radiation jusqu’à 78 grays pour certains patients soignés pour cancer de la prostate afin d’améliorer l’efficacité de la radiothérapie. Selon le Pr Pierre Bay, co-auteur d’un rapport d’expertise sur l’affaire, « l’escalade » des radiations a été une « cause aggravante » des autres surdoses infligées par erreur aux patients du centre d’Epinal.

Poursuivi notamment pour homicides et blessures involontaires, le Dr Jean-François Sztermer assure avoir prescrit cette méthode « en toute conscience, en toute bonne foi de médecin ». À l’époque, cette technique était recommandée par plusieurs publications scientifiques, « à condition notamment que les patients soient inclus dans un programme d’étude clinique » permettant de contrôler étroitement le traitement, explique le Pr Pierre Bay. À défaut, « il faut renforcer les conditions de sécurité pour arriver quasiment aux mêmes conditions d’une étude », ajoute-t-il.

Radiophysique en souffrance

Auditionné lundi, Thierry Sarrazin, ancien président de la Société française de physique médicale a mis en avant les difficultés structurelles de la radiothérapie au moment des faits. En 2007, la France comptait 267 radiophysiciens, soit 5 par million d’habitants, contre 30 par million en Grande-Bretagne, plaçant ainsi notre pays au même niveau que la Bulgarie, la Hongrie ou le Portugal, souligne-t-il. À l’instar d’Épinal, la plupart des établissements ne disposaient que d’un seul radiophysicien, sans interlocuteur en cas de doute sur les calculs de dose ou le fonctionnement des appareils de radiothérapie.

La tension au sein des services est parfois accentuée par l’absence de cadre formel régissant les relations entre le radiophysicien et le médecin : « un copilote peut s’opposer au pilote, un sous-officier à l’officier. À l’hôpital, les règles ne sont pas définies », considère Thierry Sarrazin. Quant aux règles d’alerte en cas de survenue d’accident, « personne n’avait cette culture de déclaration avant Épinal », affirme-t-il. Difficile, donc de « juger l’accident de 2004 à l’aune de 2012 », conclut l’expert dont les constats rejoignent la ligne de défense du radiophysicien poursuivi dans cette affaire, Joshua Anah.

 D. B. avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... Commenter

Calomniée mais confortée, l'interne Sabrina Ali Benali s'explique

Sabrina Ali Benali

Sa vidéo postée sur Facebook le 11 janvier a été vue 11 millions de fois. Un record. L’interne Sabrina Ali Benali y interpelle la ministre... 47

Primaire à gauche : pleins feux sur la santé, la protection sociale et les mutuelles !

debat

Jeudi soir, la première demi-heure du troisième débat de la primaire à gauche a montré à quel point la santé et la protection sociale sont... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter