Prix Nobel de chimie pour deux médecins américains, Robert Lefkowitz et Brian Kobilka

Prix Nobel de chimie pour deux médecins américains, Robert Lefkowitz et Brian Kobilka

10.10.2012
  • 1349884527378722_IMG_90971_HR.jpg

Robert Lefkowitz, professeur de médecine et de biochimie (Duke University, Caroline du Nord) et Brian Kobilka, professeur de médecine, de physiologie moléculaire et cellulaire (Stanford University School of medicine) se partagent tous les deux le Nobel de Chimie 2012.

Le prix leur a été attribué pour leurs travaux sur les récepteurs couplés aux protéines G (RCPG). Les RCPG sont des protéines membranaires qui interviennent dans la réponse physiologique des cellules aux signaux hormonaux ou à des substances comme l’adrénaline, la sérotonine, l’histamine ou la dopamine. Pendant longtemps ce mécanisme est resté « mystérieux », a rappelé l’Académie royale des sciences.

Eureka

Les travaux du Pr Lefkowitz ont commencé à la fin des années 60. Le chercheur tentait de localiser les récepteurs cellulaires de différentes hormones grâce à un isotope radioactif. Son équipe parvient alors à identifier puis à isoler le récepteur béta-adrénergique. Dans les années 1980, une nouvelle étape est franchie avec l’arrivée d’un nouveau collaborateur, le jeune Brian K. Kobika. Ce dernier cherche à comprendre le mode d’action des récepteurs adrénargiques car il est fasciné par l’expérience qu’il vient de vivre en unité de soins intensifs : une simple dose d’épinéphrine peut faire toute la différence entre la vie et la mort. Il accepte de relever le défi proposé par Lefkowitz : isoler le gène codant pour le récepteur.

Durant ses travaux, il s’aperçoit que la structure du récepteur est la même que celle du récepteur de la rhodopsine déjà décrit au niveau de la rétine. Il a alors une idée qui se révélera fructueuse (Lefkowitz décrit ce moment comme un « Eureka »). En dépit de leur fonction différente, les deux récepteurs ont des points communs : en particulier, tous les deux interagissent avec la protéine G intracellulaire. De plus, une trentaine d’autres récepteurs agissant via cette protéine G étaient à cette époque déjà connus. La famille des récepteurs RCPG était découverte. Aujourd’hui plus d’un millier de gènes codant pour de tels récepteurs ont été décrits.

Industrie pharmaceutique

La découverte de Lefkowitz Kobika a été essentielle pour l’industrie pharmaceutique. « Certains disent que jusqu’à 50 % de tous les produits pharmaceutiques reposent sur une action ciblant les RCPG », souligne l’Académie suédoise. Mieux comprendre leur fonctionnement permet d’avoir les outils pour concevoir « de meilleurs médicaments avec moins d’effets secondaires ».

Les deux lauréats ont accueilli la nouvelle avec surprise. « Je dormais profondément quand le téléphone a sonné ... C’était un choc total et une surprise », a expliqué le Pr Lefkowitz, 69 ans. « Je n’ai pas l’habitude que ma recherche recueille une telle attention (...) Je suis encore complètement étonné », a déclaré, pour sa part, le Pr Kobilka, 57 ans. En 2011, ce dernier a réussi à prendre une image du récepteur bêta-adrénergique au moment exact où il est activé par une hormone et envoie un signal vers la cellule. « Cette image est une œuvre d’art moléculaire, le résultat de décennies de recherche », s’est extasiée l’Académie.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'ordonnance très libérale de la patronne de l'iFRAP pour « sauver la santé »

Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié ne manque pas d'idées. La directrice de la Fondation iFRAP, think tank libéral qui étudie l’efficacité des politiques... 6

Des médecins de Pau pétitionnent contre les pénalités visant les patients « hors parcours »

petition

« Nous demandons un moratoire pour stopper les sanctions financières dont sont victimes les patients ne trouvant pas de médecin traitant. »... 1

Création d'un modèle miniature d'appareil reproducteur féminin

Woodruff Lab

Une équipe de l’université Northwestern (Illinois, États-Unis) a développé un appareil reproducteur féminin miniature, et l'a présenté dans... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter