Des Français peu conscients des conséquences des maladies cardiovasculaires

Des Français peu conscients des conséquences des maladies cardiovasculaires

08.10.2012
  • 1349713753377992_IMG_90799_HR.jpg

La Fédération française de cardiologie (FFC) a présenté lundi sa quatrième édition du Donocoeur qui se déroulera du 27 octobre au 4 novembre prochains à l’occasion de la semaine nationale du cœur. Le coup d’envoi de l’opération sera donné le 25 octobre à Paris au pied du Sacré-cœur. Le public y sera invité à pédaler sur des vélos fixes et chaque coup de pédale permettra d’illuminer sans interruption un cœur géant constitué de milliers d’ampoules disposé sur l’esplanade du Sacré-cœur.

La campagne vise à alerter le public sur les maladies cardiovasculaires afin de déclencher une prise de conscience : « Que ces maladies sont non seulement mortelles mais aussi douloureuses et handicapantes lorsqu’on y survit », indique la FFC. Un sondage IFOP-FFC mené sur Internet de 1 006 personnes du 11 au 13 septembre dernier montre que si le grand public a aujourd’hui bien conscience de la gravité des maladies cardiovasculaires, une part non négligeable de l’opinion tend à sous-estimer les séquelles et la souffrance qu’elles peuvent engendrer.

Besoins d’information

Ainsi, 28 % jugent que les traitements afférents ne sont pas contraignants, un quart (26 %) que ces maladies ne font pas souffrir et 31 % que ces maladies se traitent facilement sans laisser aucune séquelle. Si 88 % des Français considèrent que les pathologies sont de plus en plus répandues, et plus d’un sur deux pense qu’ils sont potentiellement exposés à des risques cardiaques, ils se déclarent néanmoins majoritairement mal informés sur ces pathologies (55 %). S’agissant des facteurs de risque susceptibles de favoriser le développement de maladies cardiovasculaires, la majorité des personnes interrogées cite en premier lieu la consommation de tabac (44 %), suivie des excès en général,de la négligence (41 %), du stress (24 %), de la consommation d’alcool (21 %), de l’hérédité (18 %) et de l’alimentation (14 %).

Certaines causes s’avèrent par ailleurs minorées par une partie de l’opinion, à l’instar de la précarité, la fatigue, la qualité du sommeil ou l’absence de pratique d’une activité physique (1 à 2 %). Malgré une sensibilisation avérée des Français sur la question des maladies cardiovasculaires, des besoins de pédagogie et d’information persistent dans ce domaine, commente la FFC qui poursuit la longue élaboration de son livre blanc pour un plan cœur. Attendu fin 2013, il englobera les recommandations émises durant des États généraux qui se déroulent depuis mars derniers aux quatre coins de la France.

 DAVID BILHAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'ordonnance très libérale de la patronne de l'iFRAP pour « sauver la santé »

Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié ne manque pas d'idées. La directrice de la Fondation iFRAP, think tank libéral qui étudie l’efficacité des politiques... 6

Des médecins de Pau pétitionnent contre les pénalités visant les patients « hors parcours »

petition

« Nous demandons un moratoire pour stopper les sanctions financières dont sont victimes les patients ne trouvant pas de médecin traitant. »... 1

Création d'un modèle miniature d'appareil reproducteur féminin

Woodruff Lab

Une équipe de l’université Northwestern (Illinois, États-Unis) a développé un appareil reproducteur féminin miniature, et l'a présenté dans... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter