L’ANSM indique que les anciennes utilisatrices des pilules de 3e génération peuvent continuer

L’ANSM indique que les anciennes utilisatrices des pilules de 3e génération peuvent continuer

02.10.2012
  • 1349188266376370_IMG_90462_HR.jpg

Alors que les pilules de troisième génération, contenant comme progestatif du désogestrel, du gestodène ou du norgestimate, seront déremboursées à partir du 30 septembre 2013, selon l’avis de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a publié lundi un point d’information appelant au maintien de ces contraceptifs pour les utilisatrices de longue date.

Reprenant la revue de la littérature sur les risques de la pilule de l’Agence européenne du médicament (EMA), datée de mai 2011, l’ANSM confirme l’existence d’un risque de thrombose veineuse 2 fois plus élevé chez les femmes utilisant une pilule de 3e génération, voire de 4e génération (avec comme progestatif de la drospirénone) que chez celles qui recourent à la 2e génération (avec du lévonorgestrel ou du norgestrel). Aussi recommande-t-elle aux médecins de prescrire la 2e génération en première intention.

Le risque de thrombose veineuse est « bien connu, rare, mais grave », rappelle l’ANSM. Sur un an, un tel accident est attendu chez 0,5 à 1 femme pour 10 000 femmes non utilisatrices de pilules, 2 femmes pour 10 000 utilisatrices de la 2e génération, et 3 à 4 pour 10 000 utilisatrices des 3e ou 4e générations. Le risque de thrombose veineuse est aussi de 6 cas pour 10 000 femmes au cours de la grossesse. Dans environ 2 % des cas, l’issue est fatale.

Recherche des facteurs de risques

L’ANSM recommande néanmoins le maintien de la pilule de 3e génération « chez les femmes utilisatrices depuis une longue période dans la mesure où aucun facteur de risque connu de thrombose n’a été identifié. »

Et de rappeler que toute prescription d’un contraceptif oral combiné doit être précédée d’une recherche de facteurs de risques, via un interrogatoire complet sur les antécédents médicaux personnels et familiaux, l’identification d’un tabagisme, un examen clinique pour dépister une hypertension artérielle, et un bilan lipidique et un dosage de glycémique. « Le rapport bénéfice/risque doit être évalué pour chaque patiente ».

En outre, l’agence préconise d’informer les femmes du risque de thrombose et d’effectuer un suivi clinique pour surveiller la tolérance.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... 2

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Réforme du troisième cycle : les jeunes voient rouge, s'estimant exclus des discussions

internes

Le torchon brûle autour de la réforme du troisième cycle des études médicales. L'Intersyndicat national des internes (ISNI) et... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter