Les papilles gustatives seraient moins sensibles chez les enfants obèses

Les papilles gustatives seraient moins sensibles chez les enfants obèses

21.09.2012
  • 1348236154373586_IMG_89896_HR.jpg

L’hypothèse ne va pas forcément de soi. On avait plutôt dans l’idée que les enfants trop gros laissent libre cours à une gourmandise débordante. Mais si c’était l’inverse ? Si les enfants trop gros mangeaient en excès pour compenser un plaisir gustatif en berne ? C’est ce que suggèrent des chercheurs berlinois en montrant que les papilles gustatives des enfants obèses sont moins sensibles que celles de leurs camarades de poids normal.

Leur moindre faculté à distinguer les 5 saveurs de base, le sucré, le salé, l’amer, l’acide et l’umami, cette 5e saveur en provenance du Japon liée au glutamate, les pousserait à consommer en grande quantité pour avoir les mêmes sensations.

22 languettes tests

L’équipe du Dr Susanna Wiegand au Charite Universitatsmedzin a comparé la sensibilité gustative de 94 enfants de poids normal à celle de 99 enfants obèses, grâce à 22 « languettes imprégnées » placées sur la langue. Ces languettes testaient chaque goût selon 4 niveaux d’intensité avec deux languettes placebo.

Il était demandé aux enfants de ne pas manger, ni mâcher un chewing-gum ni boire autre chose que de l’eau au moins 1 heure avant les tests. La somme des 5 sensations gustatives aux 4 niveaux d’intensité autorisait un score maximal de 20.

Une difficulté à identifier les saveurs

De manière générale, les enfants avaient plus de facilité à différencier le sucré du salé, et plus de difficultés à distinguer le salé de l’amer, et le salé de l’umami ; les filles et les enfants plus grands avaient de meilleurs résultats. Les enfants obèses avaient plus de difficultés à identifier les saveurs, en particulier le salé, l’umami et l’acide, avec un score moyen de 12,6 par rapport à 14 chez leurs comparses de poids normal. Alors que les différentes intensités du sucré n’ont posé de problème à personne, les enfants obèses sous-côtaient l’intensité 3 fois sur 4 par rapport aux autres enfants.

Archives of Disease in Childhood. doi10.1136/archdischild-2011-301189

 Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
07.10.2012 à 08h46

« Article très intéressant à investiguer avec des timuli gustatifs différents en lien avec leur culture, leur éducation pour étudier l'origine Inné / Acquis. Bravo pour cette étude. » AA

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Accès aux soins : l'Ordre inventorie « les solutions qui marchent » Abonné

maison de santé

Maisons ou pôles de santé, terrains de stage libéraux, groupements de coopération sanitaire attractifs, initiatives en tout genre : nos... 6

Santé, assurance-maladie : Fillon ripoline son projet, ce qu'il faut retenir

fillon

Après le remède de cheval, la méthode douce ? Accusé par ses adversaires de vouloir privatiser la Sécurité sociale, François Fillon a... 6

À la faculté de médecine Saint-Antoine, des vidéos pour sensibiliser les futurs médecins à l'empathie

saint antoine

Mettre en scène les consultations chez un généraliste pour sensibiliser les futurs praticiens à la relation médecin-patient, c'est... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter