Déserts médicaux : la région Ile-de-France met les bouchées doubles

Déserts médicaux : la région Ile-de-France met les bouchées doubles

20.09.2012
  • 1348152026373161_IMG_89789_HR.jpg

En Ile-de-France, l’Agence régionale de santé (ARS) n’est pas seule à piloter le système de santé. La région entend y mettre son grain de sel. En juin 2011, son président Jean-Paul Huchon avait déjà annoncé l’installation d’un haut comité médical et mis 1 milliard d’euros (sur 6 ans) sur la table pour la santé. Il récidive aujourd’hui en annonçant un nouveau rapport cadre santé qu’il présentera les 27 et 28 septembre au conseil régional.

La lutte contre les inégalités d’accès aux soins et la désertification médicale est au cœur du projet. La région cible ses aides sur les plus démunis. En 2011, 16 % des jeunes franciliens vivent en dessous du seuil de pauvreté. « Nous proposons l’extension de la mutuelle complémentaire gratuite (instituée en 2010 pour les étudiants) aux jeunes précaires ou apprentis de 18 à 26 ans qui adhèrent aux programmes de réinsertion » a déclaré Jean-Paul Huchon.

En tout, 17 000 personnes pourraient bénéficier d’un chèque de 100 euros qui donne accès à une mutuelle de base, ou participe pour moitié à l’acquisition d’une mutuelle plus complète. En avril dernier, 10 000 étudiants sur 50 000 boursiers avaient recours au dispositif. « C’est une première année de rodage » concède Jean-Paul Huchon.

50 zones fragiles

Contre la désertification médicale, la région a identifié en partenariat avec l’ARS 29 territoires déficitaires et 21 autres fragilisés où l’installation des médecins de premier recours (généralistes, ophtalmologistes, gynécologues et dentistes) et des infirmiers, kinésithérapeutes et sages-femmes devrait être facilitée. La région versera 700 euros par mois aux étudiants signataires d’un contrat régional d’exercice sanitaire, cumulables avec d’autres bourses (jusqu’à 1 000 euros). Les stagiaires auront droit à 200 euros par mois s’ils pratiquent à l’hôpital, 250 euros, en libéral. En échange, ces jeunes professionnels s’engageront à exercer en secteur 1 (en libéral ou salariat) sur un territoire défini pendant 3 ans. Pour assurer le maintien des professionnels en exercice, la région propose jusqu’à 15 000 euros d’aide à l’équipement et à la sécurisation des cabinets.

« Nous élevons le plafond de 100 000 à 300 000 euros pour soutenir une vingtaine de maisons médicales de garde et de centres de santé par an », a ajouté Jean-Paul Huchon. Près de 70 structures ont été subventionnées depuis 2010.

Cette ligne budgétaire (qui s’élève à 5 millions d’euros) devrait en outre permettre l’achat d’échographes pour les centres IVG et les centres de santé. Laure Lechatellier, vice-présidente en charge de l’action sociale et de la santé, a précisé que la région poursuivait son engagement en faveur de l’acupuncture et de l’hypnose, des salles de consommation à moindre risque et des maisons de naissance.

2013 : année des perturbateurs endocriniens

L’autre grand volet du rapport cadre concerne la prévention et l’environnement. « C’est un changement de paradigme », prévient Laure Lechatellier. La région demande à chacune de ses délégations de réfléchir à l’impact de sa politique publique sur la santé. Par exemple, les responsables du transport doivent se pencher sur les dispositifs antibruit, ceux de l’habitat, sur l’isolation thermique.

L’année 2013 devrait être consacrée aux perturbateurs endocriniens. « Le bisphénol A est présent dans 400 médicaments », assure Mme Lechatellier. Une table ronde abordera le sujet lors d’une conférence environnement organisée au conseil régional le 26 novembre.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
21.09.2012 à 11h50

« Donner du fric pour inciter notre jeunesse à se faire injurier et mal traiter quotidiennement peut être une solution. Leur payer la vidéo- surveillance peut aussi être un atout mais qu' en est-il de Lire la suite

Répondre
 
20.09.2012 à 19h44

« Quid de l'égalité de traitement des assurés et des citoyens ? Qui de la commune, l'intercommunalité ; le département, la région va financer le mieux la santé parallèlement et en sus à la sécurité so Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
sécurité

968 agressions déclarées en 2016 : année noire pour la sécurité des médecins

Le nombre de d'agressions de praticiens déclarées s'est envolé en 2016 pour atteindre un nombre record, selon un bilan de l'Observatoire de la sécurité des médecins publié en exclusivité par « le Quotidien ». Dans deux tiers des cas, les incidents concernent un généraliste. Les menaces verbales restent majoritaires mais les cas de vandalisme augmentent. 5

Baisses des forfaits techniques, suppression du modificateur ZLes radiologues en grève contre les coups de rabot tarifaire Abonné

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) appelle les spécialistes à une journée de grève nationale aujourd'hui pour refuser... Commenter

La surveillance active, une option viable dans les cancers de la prostate localisés

prostate

Deux études observationnelles publiées dans le « JAMA » dressent un tableau complet des effets secondaires associés aux différentes... 1

La CSMF réclame une loi de santé rectificative et détaille son projet politique

ortiz

À un mois du premier tour de la présidentielle, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) a placé le futur président de la Rép... 11

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter