Sous surveillance des banques, le CHU de Caen ne paye plus ses fournisseurs

Sous surveillance des banques, le CHU de Caen ne paye plus ses fournisseurs

12.09.2012
  • 1347467046370677_IMG_89141_HR.jpg

Le CHU de Caen, en délicate posture financière, vient de prendre une décision pour le moins inhabituelle. Le salaire du personnel sera payé en temps et en heure, mais les fournisseurs, eux, devront patienter avant d’être réglés. Le versement des cotisations patronales est également suspendu.

Dans un mail adressé aux agents et aux médecins, Angel Piquemal, le directeur général du CHU, explique pourquoi l’heure est grave. Le déficit cumulé du CHU atteint 119 millions d’euros. Une ardoise reconduite d’année en année, malgré les efforts engagés (baisse des effectifs, réorganisations...) qui ont permis de diviser par quatre le déficit annuel entre 2009 et 2011. « Le CHU a systématiquement dépensé davantage que les recettes qu’il a perçues », expose sans détours le DG.

Interdiction des banques

Vivant au-dessus de ses moyens, l’hôpital s’est maintenu hors de l’eau de façon artificielle, grâce à deux autorisations de découvert. Sauf que les banques viennent de siffler la fin de la récré. Aucun nouvel emprunt ne sera consenti sans nouvelles garanties d’assainissement des comptes. Une date couperet se profile : les autorisations de découvert, non reconduites, arrivent à échéance les 3 et 12 octobre. Dans trois semaines, le CHU de Basse-Normandie ne sera plus en mesure d’assumer ses charges d’exploitation.

L’hôpital caennais est déterminé à mettre les bouchées doubles pour doper son activité, faiblarde comparée à celle des autres CHU. Mais l’heure n’est pas aux plans de moyen ou long terme. Comment débloquer la situation avant le 3 octobre ? Le dossier est suivi de près par Paris. Les tutelles vont-elles voler au secours de l’établissement ? À l’aide d’un apurement partiel de la dette, d’une pression sur les banques ? C’est tout l’enjeu des discrètes discussions qui se déroulent actuellement entre le CHU de Caen, l’ARS de Basse-Normandie et le ministère de la Santé.

Les syndicats de personnel du CHU préviennent : ils attendent un signal fort de la gauche en direction de l’hôpital public. Une absence d’intervention politique serait perçue comme un renoncement face au pouvoir de la finance.

DELPHINE CHARDON
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 11 Commentaires
 
17.09.2012 à 16h20

« Les commentaires sont aisés mais pour la plupart démagogiques si on a pas une connaissance détaillée de la situation ! - Médecin. »

Répondre
 
13.09.2012 à 16h11

« Trêve de plaisanteries la solution immédiate, c’est de privatiser une partie de l’activité du CHU : le secteur privé de l'hôpital public. Demander aux entrepreneurs du secteur hospitalier privé de c Lire la suite

Répondre
 
13.09.2012 à 16h03

« Angel Piquemal est l’ancien président de la Conférence nationale des directeurs de centre hospitalier depuis 2003. Il se doit ainsi de donner l’exemple de l’innovation à tous les directeurs des hôpi Lire la suite

Répondre
 
13.09.2012 à 14h01

« N'importe quelle entreprise, n'importe quel établissement de soin privé, n'importe quel praticien dans la même situation de déficit chronique aurait été fermé pour cause de faillite depuis longtemps Lire la suite

Répondre
 
13.09.2012 à 10h40

« Permettez-moi d'avoir une pensée pour les pauvres fournisseurs qui jouent pendant ce temps le rôle de banquier. C'est ainsi que l'on met en péril des PME ; mais du moment que les salaires des employ Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 3

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 10

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter