Des spécialistes dénoncent les insuffisances de la lutte contre la tuberculose

Des spécialistes dénoncent les insuffisances de la lutte contre la tuberculose

06.09.2012
  • 1346942425368810_IMG_88659_HR.jpg

À la fin du mois d’août, une étude publiée dans « The Lancet » alertait sur l’augmentation inquiétante des tuberculoses multirésistantes.. Cette fois, c’est le « New England Journal of Medicine » qui souligne les insuffisantes de la lutte antituberculeuse dans le monde et appelle à redoubler les efforts en la matière. « Pendant trop longtemps nous avons accepté les différences dans les standards de traitement entre ceux qui vivent dans les pays et ceux que la maladie touche dans les autres contrées du monde », regrette le Pr Salmaan Keshavjee, coauteur de l’essai publié à l’occasion du 200e anniversaire de la revue « NEJM ».

« L’histoire de la tuberculose est d’une certaine façon l’histoire de la médecine moderne, souligne le Pr Paul Farmer », l’autre co-auteur.

Zéro décès

« L’histoire de la résistance aux antituberculeux est celle de la plupart des maladies infectieuses pour lesquelles ont été développés des antibiotiques efficaces. » Les deux spécialistes rappellent que des protocoles efficaces contre la tuberculose mutirésistante existent et sont connus depuis des décennies. « Pourtant, seulement 0,5 % des nouveaux diagnostics dans le monde bénéficient d’un traitement considéré comme une référence aux États-Unis », notent-ils. Parmi les plus fragiles – les enfants ou les personnes infectées par le VIH – très peu ont une prise en charge appropriée. Les auteurs comparent le peu de ressource consacrée à la lutte antituberculeuse aux fonds mobilisés dans le combat contre l’infection par le VIH. Le sida est, à leurs yeux, un exemple de ce qui peut être accompli lorsque coexistent de meilleurs traitements et outils diagnostics mais aussi volonté politique et financements suffisants.

Les auteurs invitent la communauté internationale à se donner des objectifs élevés : « zéro décès lié à la tuberculose ». Cela implique l’adoption de mesures qui ont déjà fait la preuve de leur efficacité aux États-Unis et en Europe comme la recherche active des personnes déjà malades mais aussi le traitement des tuberculoses latentes.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Risques psychosociaux : les internes jugeront sur pièces le plan Touraine...  et lancent une enquête

internes

Le plan d'action pour améliorer la qualité de vie au travail des médecins et des soignants hospitaliers, présenté lundi dernier par Marisol... Commenter

La Guadeloupe inaugure un dispositif d'échocardiographie à distance, une première

Télé-échocardiographie d'île à île

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les cardiologues ont le bras long, très long, suffisamment long pour traverser les 30 km de mer qui les séparent... 3

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 4

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter