Radiologie, cardiologie, anesthésie... les spécialités préférées des 1 000 premiers internes

Radiologie, cardiologie, anesthésie... les spécialités préférées des 1 000 premiers internes

04.09.2012
  • 1346777046368340_IMG_88562_HR.jpg

Les nouveaux internes ont commencé à opter pour leur spécialité et leur ville d’affectation lors d’une procédure informatisée lancée lundi et supervisée par le Centre national de gestion (CNG).

En deux jours, près d’un millier d’étudiants ont déjà validé leur affectation parmi les 7 659 candidats des dernières épreuves classantes nationales (ECN). Pour la deuxième année consécutive, cette procédure est informatisée. L’an dernier, de nombreux dysfonctionnements informatiques avaient perturbé son déroulement. « Nous n’avons recensé aucun problème à part un ou deux cas isolés d’étudiants qui ont douté au moment de choisir », explique Benjamin Birène, vice-président de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF), en charge de la démographie médicale.

Les « spé méd », toujours chouchous

« Le Quotidien » a disséqué les choix des 1 000 premiers candidats. Sans surprise, les étudiants sont toujours friands des spécialités médicales puisque plus de la moitié des 1 000 premiers classés, 541 très exactement, se sont tournés vers une discipline médicale. Dans cette filière, la radiologie (114 places pourvues) et la cardiologie (94) ont le vent en poupe, de même que la médecine interne (60). La gastro-entérologie (47), la dermatologie (46) et la néphrologie (40) ont également facilement trouvé preneurs.

Les spécialités chirurgicales sont la deuxième filière la plus prisée avec 174 postes pourvus à l’issue de ces deux premiers jours de choix. Ce sont surtout la chirurgie générale (73) et l’ophtalmologie (72) qui ont la faveur des étudiants dans cette filière. L’anesthésie-réanimation a quant à elle attiré 78 étudiants, preuve de l’intérêt qu’elle suscite toujours auprès des jeunes générations.

Le premier généraliste, classé 26e

La médecine générale ne fait pas partie des spécialités du peloton de tête mais elle a tout de même été choisie à 62 reprises par les mille premiers classés. Le premier étudiant à s’être tourné vers cette spécialité était classé 26e aux épreuves classantes nationales (ECN). Un symbole que devraient relever les défenseurs de la discipline.

La pédiatrie (59) conserve son succès d’estime auprès des étudiants en médecine. La gynécologie-obstétrique (33) semble quant à elle en retrait. La psychiatrie (13), la gynécologie médicale (6), la santé publique (5), la biologie médicale (1) et la médecine du travail (0), peinent toujours à recruter les internes les mieux classés aux ECN.

A noter que 17 étudiants ont décidé de ne pas choisir de poste et ont demandé à être déclassés après leur conjoint(e) afin de ne pas être séparé(e) géographiquement.

La procédure de choix doit se poursuivre jusqu’au 21 septembre.

 CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 12 Commentaires
 
06.09.2012 à 10h05

« Voilà comment le système français arrive à faire des spécialistes attirés juste par le salaire et pas par vocation. Un système de classement subjecif (correcteur dépendant) qui permet à certains étu Lire la suite

Répondre
 
06.09.2012 à 08h06

« Normal que la médecine générale ne soit pas choisie, elle n'est pas très attractive en termes de pénibilité, de rémunération, mais aussi de reconaissance. Moi-même autrefois généraliste, j'ai changé Lire la suite

Répondre
 
05.09.2012 à 17h17

« C'est le rapport de rentabilité qui fait office de choix. Normal que la MG n'y ait pas sa place d'autant qu'elle ne donne accès ni à des actes techniques ni au secteur 2. Arrêtez ne nous bassiner av Lire la suite

Répondre
 
05.09.2012 à 15h38

« 1 seul interne sur les 1000 premiers a choisi la biologie médicale ! Normal me direz-vous tant cette spécialité est systématiquement matraquée depuis de nombreuses années, à savoir 6 baisses de nome Lire la suite

Répondre
 
05.09.2012 à 12h22

« Rien de nouveau sous le soleil, l'air du temps est au retour sur investissement(s)... Et, en plus, si le dossier patient partagé du CHRU a "bugué", difficile de se faire traiter car pas d'interrogat Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 2

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 9

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter