Une pharmacienne déconventionnée pour n’avoir pas suffisamment délivré de génériques

Une pharmacienne déconventionnée pour n’avoir pas suffisamment délivré de génériques

31.08.2012
  • 1346420947367724_IMG_88415_HR.jpg

L’Assurance-maladie a déconventionné pendant un mois une pharmacie des Deux-Sèvres pour n’avoir pas suffisamment délivré de médicaments génériques.

L’officine, située à Airvault, à une soixantaine de kilomètres de Niort, a reçu une notification de sa caisse primaire en juillet expliquant qu’elle ne pourrait appliquer aux clients le tiers-payant sauf si elle embauche un pharmacien remplaçant conventionné.

L’Assurance-maladie avait demandé à la pharmacie de délivrer 60 % de génériques en 2011, mais celle-ci n’a atteint qu’un taux de 50 %, a affirmé à France-Info sa co-gérante, Jacqueline Girardeaux.

La Caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM) des Deux-Sèvres a quant à elle indiqué que les pharmaciens mis en cause n’ont pas appliqué l’accord conventionnel du tiers-payant générique signé en avril dernier par l’Assurance-maladie et les syndicats de pharmaciens. « Le taux de distribution de médicaments génériques dans l’officine incriminée se situe de 30 à 50 % alors que la majorité de la profession dans le département affiche des taux compris entre 75 et 80 % », a déclaré au « Courrier de l’Ouest » Julien Bouchereau, responsable régulation-juridique de la CPAM locale.

Les médecins boucs émissaires

Pour sa défense, la pharmacie met en cause les prescripteurs. « J’ai un médecin qui est le principal prescripteur qui met "non substituable" sur tous les produits, explique Jacqueline Giraudoux. Je ne pouvais pas faire mieux étant donné que j’étais barrée dans mon exercice avec des NS. »

S’estimant victime d’une injustice, la pharmacienne entend faire appel de son déconventionnement auprès du Tribunal des affaires sanitaires et sociales. La pharmacienne a par ailleurs assuré ne pas être contre les génériques « mais pour délivrer des génériques de qualité ».

Appelé à commenter ce déconventionnement, le directeur de l’Assurance-maladie a déclaré qu’elle était « exceptionnelle ». « Seulement deux sanctions de ce type ont été prononcées sur le territoire national, a déclaré Frédéric van Roekeghem à France Info. Cette pharmacie est celle qui a les plus mauvais résultats du département en termes de délivrance de médicaments génériques. Dans le village où cette dame exerce, la 2e pharmacie qui travaille avec les mêmes médecins obtient un taux de substitution de 80 %. »

L’Assurance-maladie veut relancer la délivrance de médicaments génériques. Depuis l’accord tiers payant contre génériques signé en avril, l’Assurance-maladie a enregistré une hausse de la substitution de 10 % au niveau national et de 25 % à Paris. La CNAM souhaite atteindre un taux de 85 % d’ici à la fin de l’année. A la mi-août, il était de 76,7 %, indique l’Assurance-maladie.

Voir notre article du 6 juin 2012 : « Les médecins abusent-ils du « non substituable » ? Polémique entre la CSMF et les fabricants de génériques »

 CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 16 Commentaires
 
11.09.2012 à 15h01

« Et que dire du "non substituable" quand on prescrit en DCI ? »

Répondre
 
02.09.2012 à 16h41

« Et, si puisse qu'il sait maintenant faire preuve d'autorité, le gouvernement ramenait le prix de princeps à celui des génériques!! »

Répondre
 
02.09.2012 à 11h00

« L’Académie nationale de médecine recommande la prudence quant à l’utilisation des médicaments génériques, car ceux-ci ne seraient pas des « copies conformes » du médicament original, ce qui nuirait Lire la suite

Répondre
 
02.09.2012 à 10h00

« Pendant ce temps, l'industrie pharmaceutique licencie, concentre ses activités hors France, et nous, nous battons des records dans notre taux de chômage. Continuons, nous allons droit dans le mur !! Lire la suite

Répondre
 
01.09.2012 à 20h38

« Dernière nouveauté de la collection automne-hiver de la CPAM, il faut pour que le 1/3 payant soit appliqué par les pharmaciens que nous précisions en face de chaque médicament " non substituable ". Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Mise à jour des diplômes, nouveau statut, évaluation des compétencesRéforme de l'internat : ce qui va changer en 2017

med legale

Le décret très attendu engageant la réforme du 3 e cycle vient d'être publié au « Journal Officiel ». Comment seront formés les médecins de... Commenter

Pr Alain Fischer (immunologiste, AP-HP) : « La priorité absolue, c'est de protéger les plus vulnérables » Abonné

fischer

La Pr Alain Fischer, immunologiste et père de la thérapie des « bébés-bulle », a présidé le comité d'orientation de la concertation... Commenter

Une généraliste obtient la condamnation d'un patient qui l'accusait à tort de refus de soins

proces

Attaque, riposte. Un patient l'avait attaquée devant les juridictions ordinales pour refus de soins avant de retirer sa plainte. Le Dr... 66

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter