IJ : la FMF dénonce la « pression grandissante » des caisses sur les généralistes

IJ : la FMF dénonce la « pression grandissante » des caisses sur les généralistes

27.08.2012
  • 1346081526367039_IMG_88247_HR.jpg

La Fédération des médecins de France (FMF) constate avec inquiétude l’augmentation récente du nombre de « mises sous entente préalable », procédures utilisées par les caisses primaires d’assurance-maladie à l’encontre de médecins généralistes accusés (notamment) de surprescription d’indemnités journalières (IJ).

« Cinq confrères ont été rappelés à l’ordre ces dernières semaines par la CPAM du Rhône, et dans l’Oise, le Jura et le Gard, le recadrage des caisses prend de l’ampleur », précise le Dr Marcel Garrigou-Grandchamp, membre de la cellule juridique de la FMF qui estime à une « cinquantaine » le nombre de médecins concernés sur le territoire.

Selon la loi, la procédure de mise sous entente préalable consiste pour l’assurance-maladie à mettre sous tutelle un médecin dont le nombre de prescriptions d’IJ indemnisées « rapporté au nombre de consultations effectuées » est supérieur « aux données moyennes constatées pour une activité comparable » des autres médecins exerçant sous l’autorité de la même ARS ou de la même caisse. Le praticien épinglé a alors six mois pour rentrer dans les clous.

Prescriptions : rapport de un à quatre

Pour le Dr Garrigou-Grandchamp, le « nœud du problème » réside dans la définition de l’« activité comparable »que « l’assurance-maladie accommode à sa sauce ». « Seul le nombre d’IJ est pris en compte dans cette comparaison, proteste le médecin lyonnais. Rien du profil de la patientèle et rien du type d’actes (consultation, visite, urgence), sans compter que l’échelon régional est bien trop large pour être efficace ». Il cite le cas de ce médecin généraliste de Villeurbanne (69), prescripteur en trois mois de 4 600 IJ, tandis que la moyenne de ses confrères immédiats, à « activité comparable », est de 1 280 IJ.

« Mais ce confrère travaille beaucoup avec la toute proche clinique du Tonkin et fait énormément de "traumato" », argumente le Dr Garrigou-Grandchamp.

Selon les derniers chiffres de l’assurance-maladie, les médecins généralistes français ont prescrit en moyenne 3 507 IJ en 2010. On constate un rapport de un à quatre selon les régions, de 883 à Paris à 3 638 dans le Pas-de-Calais.

Délit statistique ?

La FMF vient d’alerter par courrier la ministre de la Santé Marisol Touraine et la présidente de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale, Catherine Lemorton, sur cette « pression grandissante » subie par la profession, explique le Dr Garrigou-Grandchamp.

Le syndicat exhorte les médecins « épinglés » à prendre un avocat et à ne pas opter pour la « mise sous objectifs », une solution alternative qui consiste pour le médecin à s’engager à réduire lui-même le nombre de ses prescriptions d’IJ dans un délai fixé (par la caisse). Pour le Dr Garrigou-Grandchamp, « accepter, c’est implicitement accepter d’être "coupable" alors que vous êtes victime de délit statistique ». Et prendre le risque de payer une amende de plus de 6 000 euros.

 ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
30.08.2012 à 07h56

« Je vais bientôt passer devant la CPL en raison de mon profil atypique. En 30 ans à servir les malades : je n' aurai que ma bonne foi à faire valoir. Détail : je n'ai pas eu un confrère pour m'assist Lire la suite

Répondre
 
28.08.2012 à 11h58

« Jeune MG en libéral depuis 6 ans, je m'aperçois que la pression qui s'exerce sur nous est en fait celle de la sécu (amm, objectifs, génériques, ok...), bien plus que celle de l'erreur médicale ! On Lire la suite

Répondre
 
28.08.2012 à 09h20

« Les IJ sont une réponse aux difficultés au travail. »

Répondre
 
27.08.2012 à 23h31

« Comme tout le monde, et surtout certains "patients", connaissent le nom de ces prescripteurs abusifs, je ne suis pas surpris que les caisses ouvrent les yeux à leur tour. » Un médecin généraliste.

Répondre
 
27.08.2012 à 23h21

« Pourquoi la caisse ne fait pas elle-même les AT ?
Ça n'a finalement rien d'un traitement ? »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... Commenter

Calomniée mais confortée, l'interne Sabrina Ali Benali s'explique

Sabrina Ali Benali

Sa vidéo postée sur Facebook le 11 janvier a été vue 11 millions de fois. Un record. L’interne Sabrina Ali Benali y interpelle la ministre... 40

Primaire à gauche : pleins feux sur la santé, la protection sociale et les mutuelles !

debat

Jeudi soir, la première demi-heure du troisième débat de la primaire à gauche a montré à quel point la santé et la protection sociale sont... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter