Quand la musique est bonne

Quand la musique est bonne

02.08.2012

Est-il possible de rationaliser l’émotion musicale ? L’entreprise est difficile, mais les scientifiques n’ont pas reculé, armés des technologies les plus fines. Mais à peine se profilent des pistes de compréhension que le mystère se complexifie un peu plus encore. Du moment que la magie opère...

  • 1343027842365329_IMG_87970_HR.jpg

Saviez-vous que tous les bébés du monde ne pleurent pas de la même façon à la naissance ? Bercés par la musique de la « langue maternelle » pendant 9 mois, ils pleurent naturellement plutôt dans les graves ou dans les aigus, selon qu’ils sont nés en Allemagne ou en France. Si petit et déjà de la musique gravée dans les microsillons du cerveau. Pourquoi un tel enregistrement ? Parce que la musique véhicule, suscite et réveille de l’émotion. La première langue natale est émotion. Et inversement.

« De la musique avant toute chose », disait Verlaine pour dire autrement, « De l’émotion avant toute chose ». L’émotion a un rôle central dans tous les apprentissages et le développement des différentes formes d’intelligence. Et si la musique fascine autant c’est qu’elle est loin de n’être qu’un simple plaisir sensoriel (ce qui est déjà beaucoup en soi). La musique, c’est d’abord un cerveau, une mémoire, une « âme » (ne dit-on pas qu’un air nous touche au plus profond de notre âme), et finalement au fond « une affaire de personnalité ». Si l’émotion musicale est déclenchée par « les changements d’énergie sonore » et « l’effet de surprise », les chercheurs ont identifié un trait de personnalité prédisposant à une plus grande sensibilité musicale, « l’ouverture d’esprit ».

Un enchevêtrement de réseaux neuronaux

Cerveau et musique, les liens ne cessent de nous questionner. Et les éclairages de l’imagerie fonctionnelle, loin d’entamer la fascination, ne font que complexifier le raisonnement. Ainsi, « il n’existe pas "un centre de la musique" unique mais des réseaux dispersés conjointement impliqués ». L’intelligence musicale ou « intelligence de l’indicible » comme l’ont ainsi nommée Maïté Sauvet et Laure Leter, met en jeu un grand nombre d’aires cérébrales.

D’où des bizarreries neurologiques, comme celles que relate l’article d’après les récits du neurologue Oliver Sacks : « un chirurgien frappé par la foudre qui devient mélomane et pianiste à 40 ans aux rares sujets amusiques pour qui la plus belle des musiques n’est que le bruit des casseroles, en passant par les amnésiques, chez qui la musique fait ressurgir des souvenirs. » Ou encore ce patient mutique des suites d’un accident vasculaire cérébral qui s’est mis à accompagner le neurologue, qui lui tenait la main en chantonnant. Le plus terrible est peut-être l’histoire de ce chef d’orchestre victime d’un AVC avec amusie, heureusement résolutif.

Rééducation, bien-être et longévité

Les interactions cérébrales sont multiples et surprenantes, et l’on ne s’étonnera pas des nombreuses applications médicales en rééducation :
- la musique pour améliorer la négligence visuelle  après un AVC
- la musique pour améliorer  la marche chez les Parkinsoniens ou  des sujets âgés.
- l’ expérience du Dr Lemarquis avec les patients atteints d’Alzheime
Ou, tout simplement, pour améliorer le bien-être des patients :
- rien de tel qu’un peu de musique avant un examen médical (voir le Quotidien daté du 15/04/2009)
- le Dr Christine Lacombe-Mestas, alias la psy qui chante, a offert un baopao à l’hôpital San Salvadour de Hyères pour  redonner le sourire aux handicapés
- le Dr Lemarquis consacre un chapitre aux  effets thérapeutiques de la musique dans son livre « Sérénade pour un cerveau musicien »
- de la  musique sur ordonnance dans un hôpital lillois qui propose à ses patients des precsriptions musicales pour rompre avec la monotonie des soins

Malgré ses innombrables vertus, il n’empêche que la musique ne protège pas de la maladie. Les plus grands compositeurs ont parfois été de grands malades, à l’instar de Beethoven sourd, alcoolique et mort d’insuffisance cardiaque. Elle peut même en être la cause, comme chez les musiciens exposés atteints d’acouphènes, d’hyperacousie puis de surdité, ou simplement chez les mélomanes férus de MP3atteints de surdité temporaire et plus enclins aux accidents de la route. Mais pour finir, il reste que, si l’âge des compositeurs varie grandement, la musique empêcherait de vieillir. En jouant sur la plasticité cérébrale, elle compenserait les effets de l’âge sur les centres auditifs cérébraux.

Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 23

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter