Coroscanner aux urgences : l’avis des radiologues par la veille SFR-CERF

Coroscanner aux urgences : l’avis des radiologues par la veille SFR-CERF

27.07.2012
  • 1343396034366302_IMG_88098_HR.jpg

Nous rapportions hier les résultats d’une étude publiée dans le « New England Journal of Medicine », concernant l’intérêt du coroscanner dans le tri aux urgences en cas de douleurs coronariennes aiguës. Nous publions ci-dessous l’analyse effectuée par la veille SFR et le CERF*.

« Cette étude multicentrique américaine publiée dans le prestigieux " New England Journal of Medicine " s’est intéressée à l’impact du scanner coronaire réalisé dans le contexte de l’urgence chez 1 370 patients avec douleur thoracique, suspects de syndrome coronaire aigu. L’étude se limitait aux patients à risque cardiovasculaire bas ou intermédiaire. L’objectif principal était la survie sans infarctus à un mois. Les patients étaient randomisés avec une prise en charge incluant le scanner (deux tiers des patients) ou une prise en charge dite classique ne l’incluant pas (un tiers des patients). Les patients des deux groupes avaient des caractéristiques comparables et l’étude montrait que le taux de sortie des patients du bras scanner était significativement supérieur à celui du bras classique, que la durée de séjour était plus courte et que le taux de détection de la maladie coronaire était supérieur. »

« Dans le même temps aucun décès par infarctus n’était observé dans le bras scanner. L’étude est intéressante et fait déjà couler beaucoup d’encre dans les unités de soins intensifs cardiologiques. Elle n’est pas directement applicable en France où notre système de santé recommande une admission directe en cardiologie après prise en charge par le SAMU. On peut également critiquer au plan cardiologique le fait d’associer dans le même groupe les patients indemnes de coronaropathie et les patients atteints d’une sténose inférieure à 50 %, biais fréquent dans les études sur la maladie coronaire. Néanmoins, cette étude apporte un élément supplémentaire en faveur de la réalisation de scanners cardiaques en urgence chez des patients triés de façon professionnelle, typiquement les patients douloureux qui n’ont ni modification ECG ni élévation enzymatique. Le scanner est dans cette population un outil majeur de diagnostic différentiel entre angor instable et douleur d’origine non coronarienne. »

* SFR : Société française de radiologie. CERF : Collège des enseignants de radiologie de France.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
29.07.2012 à 20h08

« L'étude est intéressante et ouvre la voie à une technique moins invasive pour explorer les patients à faible risque, mais il faudrait encore la situer face aux autres examens eux aussi peu ou pas in Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Temps de travail non respecté : les internes de Marseille mettent en demeure l'AP-HM

aphm

Le Syndicat autonome des internes des hôpitaux de Marseille (SAIHM) a sommé, ce lundi 16 janvier, l'Assistance publique-Hôpitaux de... 2

Légalisation du cannabis : non pour Valls et Montebourg, oui pour les autres candidats à la primaire à gauche

cannabis

Les sept candidats à la primaire de la gauche ont exprimé leurs diverses positions au sujet du cannabis lors du deuxième débat télévisé, le... 1

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 12

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter