Les priorités de l’OMS pour réduire les cas d’hépatite chez les usagers de drogues

Les priorités de l’OMS pour réduire les cas d’hépatite chez les usagers de drogues

23.07.2012
  • 1343056888365880_IMG_87998_HR.jpg

À l’occasion de la XIXe conférence internationale sur le sida, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a dévoilé ses recommandations pour réduire les cas d’hépatite chez les consommateurs de drogues par injection. « La plupart des interventions de prévention de la transmission du VIH entre consommateurs de drogues injectables sont virtuellement les mêmes que celles qui visent à prévenir les hépatites virales B et C. Il est donc logique de réduire le risque de ces deux infections en associant la prévention de l’hépatite virale à la prévention, aux soins et au traitement du VIH », fait remarquer le Dr Gottfried Hirnschall, Directeur du Département OMS VIH/sida.

Il propose quatre actions prioritaires :

- mettre en œuvre et de déployer à plus grande échelle les programmes de prévention du VIH tels les programmes permettant l’utilisation d’aiguilles et de seringues propres et les thérapies de substitution aux opioïdes

- offrir aux consommateurs de drogues injectables le schéma de vaccination rapide anti hépatite B (durée de trois semaines au lieu de six mois) accompagné de mesures les incitant à accepter le schéma de vaccination

- utiliser des seringues à faible volume nominal inutilisable qui contiennent moins de traces de sang après usage

- faire participer les toxicomanes aux programmes de prévention de l’hépatite pour obtenir un impact maximal.

Ces recommandations s’adressent principalement aux responsables nationaux de la santé publique, directeurs des programmes portant sur le VIH, la toxicodépendance et la réduction des risques, à la société civile et aux agents de santé dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Sur les 16 millions de consommateurs de drogues injectables estimés dans le monde, 10 millions seraient infectés par le virus de l’hépatite C et 1,2 million pour l’hépatite B.

 DAVID BILHAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
sécurité

968 agressions déclarées en 2016 : année noire pour la sécurité des médecins

Le nombre de d'agressions de praticiens déclarées s'est envolé en 2016 pour atteindre un nombre record, selon un bilan de l'Observatoire de la sécurité des médecins publié en exclusivité par « le Quotidien ». Dans deux tiers des cas, les incidents concernent un généraliste. Les menaces verbales restent majoritaires mais les cas de vandalisme augmentent. 22

Baisses des forfaits techniques, suppression du modificateur ZLes radiologues en grève contre les coups de rabot tarifaire Abonné

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) appelle les spécialistes à une journée de grève nationale aujourd'hui pour refuser... 3

La surveillance active, une option viable dans les cancers de la prostate localisés

prostate

Deux études observationnelles publiées dans le « JAMA » dressent un tableau complet des effets secondaires associés aux différentes... 2

Dix cliniques ferment par an : la FHP dénonce le « goût amer » du quinquennat Touraine

clinique

Lamine Gharbi ne regrettera pas Marisol Touraine au ministère de la Santé. À un mois du premier tour de la présidentielle, le patron de la... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter