Touraine rassure les internes de médecine générale mais pas ceux de spécialité

Touraine rassure les internes de médecine générale mais pas ceux de spécialité

20.07.2012
  • 1342801395365741_IMG_87966_HR.jpg

La ministre de la Santé a reçu mercredi les représentants des médecins en formation. Les étudiants en médecine (ANEMF), les internes (ISNAR-IMG et ISNIH), les chefs de clinique (ISNCCA) et les jeunes généralistes (REAGJIR et SNJMG) se sont entretenus pendant une heure trente avec Marisol Touraine et deux membres de son cabinet.

« Nous avons essentiellement échangé sur notre vision du système de soins et sur les inégalités géographiques dans l’accès aux soins, explique Benjamin Birène, vice-président de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF). Marisol Touraine a écouté nos propositions. Nous avons eu le sentiment d’être considérés comme un interlocuteur crédible, ce qui n’était pas le cas avant. »

La ministre a réaffirmé lors de cet entretien qu’en l’absence de solution pour développer un accès équitable aux soins, elle imposerait des mesures de régulation. « Quand nous avons demandé des garanties sur le fait que les mesures de coercitions ne portent seulement sur les jeunes mais sur toutes les générations, elle ne nous en a pas donné », poursuit Benjamin Birène. « La ministre de la Santé a réaffirmé qu’elle était contre la coercition pour la médecine générale, retient pour sa part Emmanuel Bagourd, président de l’Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (ISNAR-IMG). Cette réunion était positive avec des interlocuteurs qui veulent améliorer le système de soins. »

L’ISNIH pas rassurée

Les internes de spécialité ne sont pas aussi enthousiastes à l’issue de l’entretien. « Marisol Touraine n’est pas revenue sur ses propos concernant la coercition à l’installation en secteur II des médecins spécialistes, explique François Petitpierre, président de l’Intersyndicat national des internes des hôpitaux (ISNIH). Nous ne sommes pas rassurés et nous restons vigilants. »

La ministre de la Santé devrait revoir les représentants des jeunes médecins à la rentrée à l’issue de la négociation conventionnelle sur l’encadrement des dépassements, à laquelle les structures jeunes participeront en tant qu’observateurs. L’ISNIH semble déjà se préparer à une rentrée agitée. « Il n’est pas exclu que ça bouge en septembre », prévient François Petitpierre. Dans une lettre adressée à ses co-internes, l’ISNIH rappelle les différentes « attaques » subies ces dernières semaines : mesures coercitives proposées par l’Ordre des médecins et soutenues par le président de la Conférence des doyens, déclarations de la ministre de la Santé pour limiter l’installation des spécialistes en secteur II dans les zones surdotées...

« La situation est potentiellement grave et la rentrée risque d’être chaude », conclut l’ISNIH dans son courrier. Nouvellement élu, Nicolas Sarkozy avait tenté de toucher à la liberté d’installation à l’automne 2007. Il avait dû faire machine arrière et organiser des états généraux de l’offre de la santé (EGOS) après un mouvement de grève nationale des internes.

 CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
23.07.2012 à 20h48

« De toute façon, Touraine ne fera que ce qu'elle a déjà décidé. Cette pseudo-consultation n'est que que la poudre aux yeux pour les médias. »

Répondre
 
23.07.2012 à 08h53

« Rémunérer une consultation médicale 23 euros est un scandale si la consultation est de bonne qualité ! Alors le choix est entre une médecine au rabais ou une médecine de qualité avec un coût supérie Lire la suite

Répondre
 
22.07.2012 à 11h48

« Vouloir imposer à de jeunes médecins de venir se perdre dans des campagnes profondes; c'est oublier que la médecine rurale c'est un choix de vie et que si le conjoint n'a pas de garantie d'emploi p Lire la suite

Répondre
 
21.07.2012 à 16h14

« Quoi d'étonnant ! La médecine générale est sous la dictature du secteur 1, ce qui n'est pas le cas des spécialités (secteur II ouvert aux postes de chef de clinique ou d'assistant). Marisol veut la Lire la suite

Répondre
 
21.07.2012 à 15h06

« La situation devient dramatique dans les zones rurales et certaines régions, l'accès à la santé est un droit constitutionnel ! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Présidentielle : ces propositions qui agacent le secteur

100%

Le grand oral sur la santé et la protection sociale de cinq candidats à la présidentielle, organisé mardi par la Mutualité française, a... 3

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions-1

Après dix mois de débats, une cinquantaine d’évènements réunissant plus de 2 000 personnes et une « importante » concertation sur Internet,... Commenter

« Chez nous » ou la stratégie de dédiabolisation du FN incarnée par un médecin

film

Le nouveau film de Lucas Belvaux, co-écrit avec l'écrivain Jérôme Leroy (auteur du roman « Le Bloc » et habitant du Nord), raconte... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter