Le Sénat auditionne les syndicats médicaux sur la répartition des médecins

Le Sénat auditionne les syndicats médicaux sur la répartition des médecins

13.07.2012
  • 1342189138365016_IMG_87809_HR.jpg

Le groupe de travail du Sénat sur « la présence médicale sur l’ensemble du territoire », dont le rapporteur est le sénateur centriste de l’Eure, Hervé Maurey, a auditionné la CSMF, le SML et MG France mercredi 11 juillet. La FMF était également conviée mais elle a reporté cette audition au mercredi 12 septembre.

La CSMF a présenté aux sénateurs ses propositions. Elle suggère d’adapter l’organisation professionnelle en favorisant l’exercice en réseau ou en groupes de médecins. Mais elle invite également à « appliquer pour de bon les mesures incitatives » comme les bourses ou la création de zones défiscalisées, « sous condition que le médecin ne soit pas contraint d’effectuer la totalité de sa carrière dans une seule zone ».

Numerus clausus régional, travail en équipe, rachat de ptientèles

Dans les territoires « réellement sous-médicalisés », la CSMF propose la création de cabinets secondaires partagés entre les professionnels. Enfin, elle suggère de rétablir le numerus clausus au niveau régional en tenant compte des besoins par spécialité dans les années à venir, et de faire entrer l’exercice libéral dans le cursus de formation initiale.

Du côté de MG France, le Dr Claude Leicher a tenu un langage simple aux sénateurs. « Si vous voulez plus de médecins généralistes, leur a-t-il dit, il faut que les jeunes soient mieux payés, qu’ils disposent d’outils pour le travail en équipe, de moyens administratifs, et d’une dotation pour le secrétariat ».

Le patron de MG France a rappelé aux sénateurs que les maisons et pôles de santé constituaient aussi une solution, que ces lieux dédiés fonctionnaient bien, et qu’il en existait près de 1 000 en France, en fonctionnement ou en projet.

Une « régulation éclairée »

Enfin, au SML, le Dr Christian Jeambrun a évoqué son projet de « régulation éclairée », consistant, dans les zones à risque, à impliquer les collectivités dans le rachat des patientèles des médecins partant à la retraite. Ces patientèles pourraient être cédées à de jeunes installés en échange d’un engagement à rester plusieurs années dans la même zone. Dans les territoires surdotés, le projet conditionne toute nouvelle installation à un départ préalable, à l’instar de ce que les infirmiers ont accepté dans leur convention. Christian Jeambrun a également exposé aux sénateurs le projet du SML de médecin retraité actif, qui aurait suscité un réel intérêt.

 H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
13.07.2012 à 19h39

« Ils auraient mieux fait de le faire avant d'adopter la Loi HSPT!
Seulement 9% des étudiants veulent s’installer en libéral. Comment les attirer avec la disparition des établissements de proximité et Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

BCG, méningocoque, HPV... les recommandations du calendrier vaccinal 2017

calendrier

Le calendrier des vaccinations 2017 vient d'être rendu public ce jour par le ministère chargé de la Santé après avis du Haut Conseil de la... 8

Marisol Touraine appelle à voter « massivement » pour Emmanuel Macron

touraine

La ministre de la Santé est sortie de son silence à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, dimanche soir. « J’appelle les... 14

ROSP : 7 000 euros par généraliste en 2016

ROSP

Très attendue, la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) est versée ces jours-ci à près de 91 000 médecins libéraux au titre... 18

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter