La mission Jouanno veut encadrer les dispositifs médicaux et la médecine esthétique

La mission Jouanno veut encadrer les dispositifs médicaux et la médecine esthétique

12.07.2012
  • 1342103249364821_IMG_87765_HR.jpg

Constituée en février dernier, après l’affaire des prothèses mammaires PIP, la mission d’information sur les dispositifs médicaux implantables et les interventions à visée esthétique, présidée par la sénatrice (UMP)Chantal Jouanno a rendu ses conclusions aujourd’hui. Intitulé « Santé, beauté, une priorité : la sécurité », le rapport de la mission formule 38 recommandations visant à renforcer la législation tant française qu’européenne.

Les dispositifs médicaux implantables à risque sont « une question de société croissante, incontournable », souligne Chantal Jouanno qui regrette qu’on ne puisse pas disposer, en France, de chiffres précis sur leur nombre. « La modification des corps a toujours existé. Ce n’est pas une pratique nouvelle. Nous avons souhaité avoir une approche pluraliste et non moralisatrice », ajoute-t-elle.

Limiter l’effet domino

S’agissant des dispositifs médicaux implantables (DMI), la réglementation est « essentiellement » européenne, reconnaît le rapporteur (PS) Bernard Cazeau qui estime impossible de transposer aux dispositifs médicaux les règles régissant le médicament. On ne peut pas non plus considérer que le système américain soit le seul qui vaille, poursuit-il.

Il reste que le système de certification européen, qui se fait principalement sur dossier, est « assez laxiste ». « La philosophie générale de la mission consiste à pousser la Comission européenne à adopter une position plus rigoureuse », résume Bernard Cazeau. S’il ne faut pas contraindre l’innovation à l’extrême, le système mérite d’être réformé en faveur d’un renforcement de la sécurité sanitaire. Cela passe notamment par la révision des modalités de l’évaluation et de la surveillance cliniques des DMI avant et après leur commercialisation. Il faut ainsi limiter l’« effet domino » qui permet d’assimiler un dispositif nouveau à un produit existant, lui-même certifié sur dossier (par la voie « bibliographique »). Il faut revoir le marquage CE en interdisant l’ensemble des substances cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR de catégorie 2).

Au niveau national, la mission souhaite que la matériovigilance soit remise au cœur du système de sécurité sanitaire. Les sénateurs demandent que les textes d’application de la loi Médicament relatifs aux dispositifs médicaux soient publiés rapidement. Ils plaident pour la simplification de la procédure de signalement des incidents de matériovigilance et pour la mise en place de registres exhaustifs qui permettraient la « pleine traçabilité » des DMI.

Interdire les cabines UV

En ce qui concerne les interventions à visée esthétique, l’une des mesures phares soutenue par la mission est « l’interdiction pure et simple » des cabines UV sachant que « 16 % de la population française les fréquente », s’exclame Chantal Jouanno. En mai dernier, la ministre de la Santé Marisol Touraine avait déjà indiqué qu’un décret était en cours pour durcir la réglementation sur les cabines de bronzage.

Les sénateurs demandent par ailleurs que la liste des interventions à visée esthétique ne pouvant être exécutées que par des médecins soit fixée par décret. « À notre avis, les esthéticiennes ne devraient pas utiliser les lampes à lumière pulsée », commente Bernard Cazeau. Les sénateurs insistent aussi sur la nécessité de renforcer les exigences de formation et de compétences concernant la médecine esthétique. Quant à la chirurgie esthétique, elle « est bien cadrée : il n’y a rien à dire », juge Bernard Cazeau.

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Mise à jour des diplômes, nouveau statut, évaluation des compétencesRéforme de l'internat : ce qui va changer en 2017

med legale

Le décret très attendu engageant la réforme du 3 e cycle vient d'être publié au « Journal Officiel ». Comment seront formés les médecins de... 1

Pr Alain Fischer (immunologiste, AP-HP) : « La priorité absolue, c'est de protéger les plus vulnérables » Abonné

fischer

La Pr Alain Fischer, immunologiste et père de la thérapie des « bébés-bulle », a présidé le comité d'orientation de la concertation... Commenter

Une généraliste obtient la condamnation d'un patient qui l'accusait à tort de refus de soins

proces

Attaque, riposte. Un patient l'avait attaquée devant les juridictions ordinales pour refus de soins avant de retirer sa plainte. Le Dr... 66

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter