Les promesses d’un vaccin contre l’obésité

Les promesses d’un vaccin contre l’obésité

09.07.2012
  • 1341837806364117_IMG_87605_HR.jpg

Des Américains ont expérimenté avec succès un vaccin contre l’obésité sur un modèle de souris suralimentées. Les souris rendues obèses ont été immunisées par un vaccin contenant une somatostatine recombinante. L’injection intrapéritonéale augmente les taux circulants d’hormone de croissance (GH) et d’IGF-1 (insuline like growth factor) ce qui entraîne une perte de poids accélérée.

Dans cette expérimentation, des souris ont été alimentées avec un repas contenant une ration de 60 % de lipides pendant huit semaines avant le début de l’étude, et ont été vaccinées à J1 et J22 par voie intrapéritonéale avec deux formulations vaccinales, JH 17 et JH 18, contenant chacune 0,5 ml de somatostatine recombinante mais des adjuvants différents - la tragacanthine et l’arabinogalactane - choisis parce qu’ils sont compatibles avec une utilisation chez l’homme. L’injection de stomatostaine exogène annule ses effets inhibiteurs normaux sur la sécrétion de GH et, en conséquence, augmente indirectement la concentration plasmatique de l’hormone de croissance et d’IGF-1, ce qui évite l’utilisation de ces deux hormones qui ont des effets anabolisants.

Toutes les souris ont poursuivi cette alimentation hyperlipidique pendant six semaines.

Une perte de 10 % du poids initial dès le 4e jour

Au 4e jour de l’essai, les souris avaient perdu 12,2 % et 13,1 % de leur poids initial, respectivement avec JH 17 et JH 18. En raison de cet amaigrissement important, les auteurs ont réduit la dose vaccinale de la 2e injection à 1/5e, soit 0,1 ml.

Cette deuxième injection a entraîné une perte de poids de 2,1 % à 1,8 % respectivement pour JH 17 et JH 18 dans les trois jours qui ont suivi.

La présence d’anticorps anti-somatostatine dès la 6e semaine a confirmé le principe de vaccination. Celle-ci n’a pas altéré la prise alimentaire durant les 6 semaines d’étude, et le fait que les taux d’insuline monitorés tout au long de l’essai étaient comparables dans les 3 groupes est un élément en faveur de l’innocuité du vaccin.

Keith N. Haffer et al qui paraît dans The Journal of Animal Science and Biotechnology.

Dr ANNE TEYSSÉDOU-MAIRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 4

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 11

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter