Consommation de médicaments : la France rentre dans le rang européen, les laboratoires s’inquiètent

Consommation de médicaments : la France rentre dans le rang européen, les laboratoires s’inquiètent

04.07.2012
  • 1341418447363384_IMG_87422_HR.jpg

Une étude, publiée par l’association LIR (groupe de réflexion qui représente seize filiales rattachées à des groupes pharmaceutiques internationaux), tend à montrer « la fin de l’exception française » en matière de forte consommation de médicaments, la France se situant désormais « dans la moyenne européenne ».

Rattrapage

Retraçant 10 ans de consommation de médicaments en volume (2000/2011) dans huit classes thérapeutiques majeures (antibiotiques, anxiolytiques, anti-dépresseurs, anti-ulcéreux, hypolipémiants, anti-hypertenseurs, anti-diabétiques et anti-asthmatiques), cette étude souligne que la France « affiche le taux d’évolution le plus faible » en matière de consommation de médicaments, inversant progressivement la tendance.

« Si la France a connu un niveau comparativement élevé de sa consommation en volume par habitant de ces médicaments, un rattrapage s’est progressivement opéré en Europe, conduisant à une convergence des niveaux de prises en charge du diabète, du cholestérol, de l’hypertension artérielle (HTA) et de la dépression », insiste le LIR.

Avertissement

En 2000, la France se plaçait, sur 7 de ces 8 classes, parmi les 3 pays les plus consommateurs, rappelle le LIR. Elle ne figure plus parmi les 3 premiers que dans 2 de ces classes thérapeutiques (antibiotiques et anxiolytiques). Le LIR fait valoir la « nette régression » dans 5 classes sur 8 : antidépresseurs, anti-ulcéreux, hypolipémiants, anti-hypertenseurs, anti-diabétiques. Si la France entre dans le rang européen, c’est aussi parce que la consommation médicamenteuse de nos voisins progresse plus rapidement.

Cette étude sur la modération relative de la consommation par habitant en France a été présentée juste avant l’arbitrage sur l’ONDAM (objectif national de dépenses d’assurance-maladie), que le gouvernement vient de fixer à 2,7 % pour 2013. Même si ce taux est un peu moins rigoureux que celui arrêté en 2012 (2,5 %), il est en deçà des 3 % évoqués par François Hollande lors de sa campagne présidentielle.

Pour l’ensemble des secteurs de la santé (médecins, assurés, industriels du médicament...), la fixation d’un ONDAM à 2,7 % l’an prochain signifie en réalité que la santé ne sera pas épargnée par les efforts de rigueur (la progression des dépenses en tendance étant de 4 %). D’où la mise en garde des laboratoires représentés par le LIR. « L’industrie pharmaceutique doit rester un moteur de croissance économique. Les entreprises internationales de Recherche attirent l’attention du gouvernement sur l’importance de considérer l’ensemble des paramètres qui permettra de garantir l’accès de tous les patients aux médicaments innovants ».

 CYRILLE DUPUIS
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Baisse des tarifs : les radiologues en grève le 23 mars

radiologues affiches

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) a annoncé ce jeudi un mot d'ordre de fermeture des cabinets libéraux, le jeudi 23... 4

La surveillance active, une option viable dans les cancers de la prostate localisés

prostate

Deux études observationnelles publiées dans le « JAMA » dressent un tableau complet des effets secondaires associés aux différentes... 1

Macron ne forcera pas les médecins à pratiquer le tiers payant

macron

On le savait pragmatique sur le sujet sensible de la généralisation du tiers payant, Emmanuel Macron le confirme dans une interview à... 11

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter