Éthylotest obligatoire le 1er juillet : les pharmacies en rupture de stock

Éthylotest obligatoire le 1er juillet : les pharmacies en rupture de stock

30.06.2012
  • 1340991880362436_IMG_87204_HR.jpg

Plus question de prendre la route sans embarquer à bord de sa voiture un éthylotest. « Tout conducteur d’un véhicule terrestre à moteur, à l’exclusion d’un cyclomoteur, doit justifier de la possession d’un éthylotest, non usagé, disponible immédiatement », stipule le décret paru au « Journal officiel » début mars. Les officines représentent l’un des points de vente censé proposer ce type d’appareil.

Le hic, pour les pharmaciens : la difficulté pour s’approvisionner. Nombre d’entre eux se plaignent d’avoir vu leurs commandes auprès des fabricants restées lettre morte. Et les commandes auprès des grossistes-répartiteurs ont peu de chance d’aboutir, ceux-ci ayant eux-mêmes des soucis pour être livrés. « Ce n’est pas de notre fait, explique-t-on ainsi à l’OCP. Ces produits sont référencés chez nous, mais les fournisseurs ne nous livrent pas. » Ou alors au compte-gouttes, et les grossistes se retrouvent rapidement en rupture de stock.

Manque d’anticipation du réseau

En fait, le problème vient de la norme NF requise pour ces éthylotests chimiques, explique en substance la Chambre de la répartition pharmaceutique (CSRP). En France, il n’existe pratiquement qu’un seul fournisseur de produits affichant cette norme, la société Contralco, qui commercialise plus de deux éthylotests sur trois. Or celui-ci est actuellement en rupture de stock. « Nous sommes désolés des difficultés rencontrées par les officinaux, déclare Guillaume Neau, directeur commercial de Contralco. Les ruptures de stock constatées dans le réseau des pharmacies ont en fait une double origine », explique-t-il au « Quotidien » : d’une part, les répartiteurs ne lancent leurs commandes auprès du fournisseur que lorsqu’ils reçoivent eux-mêmes des demandes de leurs clients. D’autre part, le réseau officinal n’a pas anticipé la demande, contrairement aux autres réseaux concurrents qui ont commandé dès l’annonce du projet de texte par Nicolas Sarkozy, en décembre 2011.

Les pharmaciens ont pratiquement attendu la parution du décret pour lancer les commandes. Résultat ? « Les capacités de production que nous leur avions allouées - soit de quoi produire 150 000 à 200 000 tests par mois - sont aujourd’hui largement insuffisantes par rapport aux besoins estimés à environ 700 000 dispositifs par mois dans ce réseau. »

De nouvelles chaînes de production

Mais les choses devraient rapidement s’arranger, promet l’industriel. « Nous mettons actuellement en place de nouvelles chaînes de fabrication. Dès juillet prochain, ce surcroît de production sera largement

dédié au réseau officinal. » Aujourd’hui, 28 % des tests vendus par Contralco le sont en pharmacie. À la fin de l’été, la part de marché du réseau des pharmacies devrait s’élever à 34 ou 35 %, prédit Guillaume Neau.

Quoi qu’il en soit, les automobilistes ont encore un peu de temps pour se mettre en accord avec la réglementation. Car si l’obligation de se munir d’éthylotests entre en vigueur le 1er juillet, les sanctions ne tomberont pas avant le 1er novembre (amende forfaitaire de 11 euros). D’ailleurs, « par expérience on sait que le pic des ventes d’éthylotests devrait avoir lieu environ trois semaines avant l’arrivée des sanctions, soit début octobre, indique Guillaume Neau. C’est en tout cas ainsi que les choses s’étaient passées lorsque les triangles et les gilets fluo avaient été imposés aux automobilistes ».

Toutefois, il y a fort à parier que les gendarmes des autoroutes n’attendront pas la Toussaint pour vérifier que les conducteurs possèdent bien un éthylotest dans leur boîte à gants. En effet, la période estivale leur offrira une belle occasion de sensibiliser aux risques de l’alcool au volant les millions de conducteurs qui s’élanceront sur les routes des vacances.

Deux types d'éthylotests

Deux types d’éthylotests existent sur le marché. D’une part les éthylotests chimiques (de 1 à 3 euros), à usage unique, qui ressemblent à de petits sacs en plastique. Leur durée de péremption est généralement de deux ans. D’autre part, les éthylotests électroniques (à partir de 100 euros) qui, à l’inverse des précédents, sont réutilisables (plusieurs centaines de mesures), à condition de changer les embouts à chaque utilisation et de les re-étalonner tous les ans.

tabloethylotests.png
DIDIER DOUKHAN ET CHRISTOPHE MICAS
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
03.07.2012 à 23h54

« Tous les moyens sont bons pour soutirer de l'argent aux contribuables sous le couvert d'une pseudo-prévention de bonne conscience politico-morale. »

Répondre
 
03.07.2012 à 10h36

« A quand l'obligation de conduire avec des chaussettes vertes pour faire travailler les fournisseurs de chaussettes. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Mise à jour des diplômes, nouveau statut, évaluation des compétencesRéforme de l'internat : ce qui va changer en 2017

med legale

Le décret très attendu engageant la réforme du 3 e cycle vient d'être publié au « Journal Officiel ». Comment seront formés les médecins de... 1

Pr Alain Fischer (immunologiste, AP-HP) : « La priorité absolue, c'est de protéger les plus vulnérables » Abonné

fischer

La Pr Alain Fischer, immunologiste et père de la thérapie des « bébés-bulle », a présidé le comité d'orientation de la concertation... Commenter

Une généraliste obtient la condamnation d'un patient qui l'accusait à tort de refus de soins

proces

Attaque, riposte. Un patient l'avait attaquée devant les juridictions ordinales pour refus de soins avant de retirer sa plainte. Le Dr... 66

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter