Prévagay : l’incidence du VIH réévaluée mais toujours élevée

Prévagay : l’incidence du VIH réévaluée mais toujours élevée

29.06.2012
  • 1340985259362387_IMG_87191_HR.jpg

De nouvelles estimations de l’incidence du VIH parmi des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) qui fréquentent des établissements gays parisiens ont été réalisées à partir des données de l’étude Prévagay. Le nombre de nouvelles infections par an rapporté à la population, est estimé à 3,8 pour 100 personnes par an (intervalle de confiance à 95 % : 1,5 - 6,2), un taux plus élevé que celui de la population des HSH en France, estimé à 1 %.

Les premiers résultats de l’étude menée en 2009 par l’Institut de veille sanitaire (InVS) et l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS), en partenariat avec le Syndicat national des entreprises gaies (Sneg) et le Centre national de référence du VIH avait montré que 157 des 886 participants interrogés et qui ont accepté un prélèvement sanguin, étaient positifs pour le VIH soit un taux de séropositivité de 18 %. Parmi eux, 31 (20 %) ignoraient leur infection au moment de l’enquête. Les analyses effectuées en 2009 avaient permis de dresser un premier état de l’incidence en utilisant un test d’infection récente par le VIH. L’incidence parmi cette population de HSH, âgés de 18 ans et plus, et fréquentant des lieux de convivialité parisiens (14 établissements parisiens, bars, clubs, saunas, backrooms) avait évalué à 7,5 %.

Transmission préoccupante

« La méthode de calcul utilisée aujourd’hui s’est affinée et tient compte de l’effet des traitements antirétroviraux sur les résultats du test », expliquent aujourd’hui les investigateurs. Même si l’incidence dans cette population spécifique - elle ne peut être généralisée à l’ensemble de la population des homosexuels - est revue à la baisse, elle reste « néanmoins préoccupante et montre que la transmission du VIH était particulièrement importante parmi les personnes fréquentant les lieux de convivialités étudiés en 2009 », poursuivent-ils.

L’étude montre également que malgré un recours fréquent au test de dépistage, une part importante des hommes fréquentant les lieux de convivialité étudiés à Paris, ne connaissait pas son statut vis-à-vis de l’infection. « Compte tenu du fort taux d’incidence, le recours au test de dépistage ne suffit pas à connaître en temps réel son statut sérologique », expliquent l’InVS et l’ANRS.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions-1

Après dix mois de débats, une cinquantaine d’évènements réunissant plus de 2 000 personnes et une « importante » concertation sur Internet,... Commenter

« Chez nous » ou la stratégie de dédiabolisation du FN incarnée par un médecin

film

Le nouveau film de Lucas Belvaux, co-écrit avec l'écrivain Jérôme Leroy (auteur du roman « Le Bloc » et habitant du Nord), raconte... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter