Avec les réseaux de soins, les institutions de prévoyance veulent réduire le reste à charge

Avec les réseaux de soins, les institutions de prévoyance veulent réduire le reste à charge

29.06.2012
  • 1340956074362141_IMG_87153_HR.jpg

Lors de la présentation de leur bilan 2011, les institutions de prévoyance ont témoigné ce jeudi de leur volonté de s’investir davantage dans la prise en charge du reste à charge de leurs adhérents.

Fédérés au sein du centre technique des institutions de prévoyance (CTIP), ces 51 organismes ont couvert en 2011 deux millions d’entreprises et 12,7 millions de salariés. Avec une légère progression de leur activité (1 %), les IP ont terminé l’année avec un chiffre d’affaires de 22,5 milliards d’euros.

Le montant des cotisations pour l’activité santé des institutions de prévoyance a baissé de 1,4 % pendant que les dépenses de santé, elles, ont augmenté de 4,4 % - le forfait hébergement en ambulatoire et l’optique étant en cause. « Dans un environnement marqué par la crise économique et le doublement de la taxe sur les complémentaires santé, les institutions de prévoyance ont accepté une dégradation de leurs résultats au profit des entreprises et des salariés dont elles assurent la couverture », fait valoir le CTIP.

Prévention et maîtrise des prix.

Jean-Louis Faure, délégué général du CTIP,souligne que « les institutions de prévoyance ont continué en 2011 à engager des moyens pour limiter le reste à charge qui pèse sur les entreprises et leurs employés ».

Outre la promotion d’actions de prévention au sein des entreprises, les institutions de prévoyance misent sur le développement de réseaux de soins, notamment en dentaire et en optique, pour maîtriser directement les coûts.

Lancé en 2010, le réseau commun Sévéane, accessible aux six millions d’adhérents de Groupama et du groupe Pro BTP, regroupe aujourd’hui 4 500 chirurgiens dentistes (sur 41 000) et 1 800 opticiens (sur 10 700). « Sur 450 euros dépensés pour des verres et une monture, l’assurance-maladie en paye huit, la complémentaire 300 et l’adhérent 142, détaille Stephan Reuge, de Pro BTP. En réseau, le tarif (global) est 10 % moins élevé, soit un reste à charge de 97 euros. On peut comprendre que ça fasse hurler les professionnels de santé, mais c’est bien mieux pour les assurés ».

Au début du mois, Sévéane s’est lancé dans l’audioprothèse. Pour l’instant expérimenté en région parisienne et dans le Val de Loire (Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Loiret), ce nouveau service sera déployé à l’ensemble du territoire dès 2013.

 ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Temps de travail non respecté : les internes de Marseille mettent en demeure l'AP-HM

aphm

Le Syndicat autonome des internes des hôpitaux de Marseille (SAIHM) a sommé, ce lundi 16 janvier, l'Assistance publique-Hôpitaux de... 2

Légalisation du cannabis : non pour Valls et Montebourg, oui pour les autres candidats à la primaire à gauche

cannabis

Les sept candidats à la primaire de la gauche ont exprimé leurs diverses positions au sujet du cannabis lors du deuxième débat télévisé, le... 1

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 12

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter